Marché monétaire : les événements marquants

Les principales analyses monétaires sur la semaine du 18 au 25 mai 2006 concluent en général à la hausse du coût de l’argent. En effet, depuis  que Bank Al-Maghrib favorise les interventions hebdomadaires, le marché du cash a été scindé en deux :d’un côté, les banques proposent leurs excédents de trésorerie à des niveaux confinés dans une fourchette de 2,60 à 3,00%.
De l’autre côté, les OPCVM – n’ayant pas accès à un taux minimum – placent en Repo à des niveaux entre 2,25% et 2,45%. Au total donc, les différentes opérations sur le cash sont ventilées dans une large fourchette de taux induisant  des spreads plus importants et un coût moyen du cash plus élevé. Dans ce contexte, la Banque centrale a continué de ponctionner les excédents de liquidités. Ses interventions ont portés sur 6,45 milliards DH contre 6,46 milliards la semaine passée pour une surliquidité globale de 5,38 milliards. Dans un contexte de marché caractérisé par une tension sur le cash et une volonté de la Banque centrale d’orienter les taux jj à la hausse, les investisseurs continuent de soumissionner à des taux de plus en plus bas. En effet, plus de 5 milliards de dirhams ont été demandés lors de la dernière séance adjudicataire CT dans une fourchette de taux comprise entre 2,59% et 2,92% pour les maturités 13, 26 et 52 semaines. Retraité par rapport à l’inflation, les taux courts actuels ressortiront très faibles !
Côté Trésor, il est signalé que ses besoins restent toujours très modérés. Au total, il a levé – au titre du mois de mai – 2,4 milliards de dirhams face à des remboursements totaux de 5 milliards. Ainsi, pour le troisième mois consécutif, le Trésor a diminué l’encours de sa dette intérieure.
Le marché secondaire, pour sa part, a connu une correction des rendements obligataires long terme. En effet, les niveaux de taux négociés sur ce compartiment de la dette rejoignent progressivement les niveaux constatés lors du dernier primaire. Dans ce contexte, plus de 2,5 milliards ont été échangés principalement sur le long terme (82%). Cependant, il est à noter qu’aucun consensus n’a encore été trouvé sur la maturité 20 ans qui demeure non traitée sur le marché. Les taux jj devraient fluctuer dans une fourchette de 2,35%-2.60% lors de la semaine à venir malgré l’injection à travers la paie des fonctionnaires. En effet, les interventions de BAM au taux de 2,50% devraient soutenir le loyer de l’argent. Les rendements obligataires devraient connaître une stabilité au courant des semaines à venir. Cependant, un engouement reste prévisible sur la maturité 20 ans qui sera proposée lors de la séance adjudicataire du 30/05.

Source : BMCE Capital

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *