Marché monétaire : Plus de 11% pour les concours à l’économie

Le baromètre de Bank-Al Maghrib continue de sonder les hauts et les bas des marchés. Dans ce sens, l’institution vient de mettre en avant une hausse de 11,7% des concours à l’économie à l’issue du premier semestre de cette année. C’est ce que dévoilent les données de l’institut émetteur, sur les statistiques monétaires au terme du mois de juin, publiées mardi 31 juillet.
Pour leur part, les avoirs extérieurs nets et les créances nettes sur l’Etat se sont appréciés respectivement de 7 milliards de dirhams et de 6,1 milliards. Source de création de monnaie sur le marché, l’évolution de ces deux éléments a permis une progression de 6,8% de l’agrégat de monnaie M3 et de 8,6% de l’agrégat M1.
En glissement annuel, les agrégats de monnaie, tant l’agrégat M3 que M1, ont signé une hausse de 19,3%, à partir de fin juin 2006 jusqu’à fin juin, cette année. Au niveau des contreparties de M3, les avoirs extérieurs nets se sont renforcés de 15%, tandis que les concours à l’économie se sont accrus de 22,7% et les créances nettes sur l’Etat de 17,3%. Pour leur part, les agrégats de  placements liquides ont connu une hausse de 6% au lieu de 33,6%.
Ponctuellement, au terme de juin 2007, l’agrégat de monnaie M3 a marqué une hausse de 9 milliards ou 1,5% en liaison avec la hausse des avoirs extérieurs de 4,4 milliards ou 2,3%, l’augmentation des créances nettes sur l’Etat de 3,5% consécutivement aux    recours du Trésor aux banques, et la progression des concours à l’économie de 6,4 milliards ou 1,7%. Au niveau des composantes de la masse monétaire, la monnaie scripturale a marqué une hausse de 3,4%, tandis que la circulation fiduciaire et les placements à vue se sont accrus respectivement de 1,6% et de 0,2%. Les placements à terme ont, en revanche, accusé un repli de 2,1%.  Pour rappel, les chiffres du mois de mai avaient dénoté une hausse de 1,1% chez l’agrégat de monnaie M3, en liaison avec la poursuite de l’expansion des concours à l’économie qui avaient marqué, à leur tour, une progression de 2,8% et aussi l’augmentation des créances nettes sur l’Etat de 3,5%.Les avoirs extérieurs nets avaient, en revanche, accusé un recul de 1,6%.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *