Maroc-Allemagne : L’amélioration de la productivité bovine en perspective

Maroc-Allemagne : L’amélioration de la productivité bovine en perspective

Premier symposium sur la chaîne de valeur laitière

Le contrat-programme de développement de la filière vise à atteindre une production de 4 milliards de litres en 2020, soit une hausse de 1,55 milliard de litres par rapport à 2015 et un chiffre d’affaires de 23 milliards de dirhams.

Améliorer les conditions de productivité de l’élevage bovin ainsi que le revenu des éleveurs de la filière est l’objectif visé par un nombre d’experts nationaux et internationaux intervenant lors du symposium maroco-allemand sur la chaîne de valeur laitière. La rencontre, première de son genre, organisée par le Centre du conseil agricole maroco-allemand (CECAMA) et la Fédération interprofessionnelle marocaine du lait (Fimalait), s’est tenue jeudi 15 décembre à Rabat. Mis à part l’amélioration des conditions de productivité de l’élevage bovin laitier, le symposium a   également permis de discuter des différentes solutions qui permettront l’amélioration des revenus des éleveurs, piliers de ladite filière. Le symposium a également porté sur la politique fourragère et sa relation avec le développement de l’élevage bovin laitier, outre la qualité du lait et des produits laitiers, tenant compte des attentes de l’industrie de transformation et des exigences réglementaires en termes de traçabilité et de protection du consommateur.

Dans ce sens, Klaus Goldnick, représentant du  CECAMA au Maroc, a affirmé dans une déclaration à la presse que ce symposium vise non seulement à contribuer au développement du secteur laitier au Maroc, mais aussi à échanger les expériences et les expertises en la matière.

A noter que la filière laitière au Maroc repose sur une capacité de 300.000 producteurs laitiers, dont 90% sont de petite taille, comportant moins de 10 vaches. Le contrat-programme de développement de la filière vise à atteindre une production de 4 milliards de litres en 2020, soit une hausse de 1,55 milliard de litres par rapport à 2015 et un chiffre d’affaires de 23 milliards de dirhams. Le symposium a été marqué par la signature d’une convention entre la fédération et le CECAMA, dans le but de promouvoir et développer ce secteur ainsi que ses compétences humaines.

En vertu de cette convention, des visites, des formations et des échanges entre les professionnels du secteur laitier marocains et leurs homologues européens seront programmés, pour améliorer leur savoir-faire, en utilisant les nouvelles technologies et la vaste gamme agricole mise en place par le centre.

Rappelons aussi que, pour sa part, le CECAMA a été inscrit dans la stratégie du Plan Maroc Vert, initié en 2013 par les ministères de l’agriculture allemand et marocain. Il s’est fixé comme objectif d’augmenter les performances de l’agriculture et à les valoriser tout en développant les compétences humaines dans le secteur agricole, que ce soit à travers la formation continue comme à travers l’installation de plates-formes de démonstration. A cet effet, huit platesformes ont été installées et plus de 3.000 agriculteurs, conseillers, techniciens et prestataires de services agricoles ont bénéficié d’une formation depuis la création du CECAMA et ce jusqu’à fin 2016. La Fimalait, de son côté, regroupe l’ensemble des acteurs professionnels de la filière laitière. Créée en 2009, elle a pour but d’offrir une structure légitime et pérenne dédiée à l’accompagnement et à la professionnalisation de l’ensemble des acteurs de la filière laitière nationale.

Maryem Laftouty

(Avec MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *