Maroc – CEDEAO : Plus de 10 milliards de dirhams échangés en 17 ans

Maroc – CEDEAO : Plus de 10 milliards de dirhams  échangés en 17 ans

Des opportunités de complé-mentarités entre le Maroc et la CEDEAO se présentent pour 11,6% des produits qui sont des spécialisations pour le Royaume tandis qu’ils restent une importation nette pour la CEDEAO.

Ils sont au total 4.349 produits objets des échanges entre le Maroc et la la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Pour 80,7% d’entre eux, les deux parties en sont des importateurs nets. Des opportunités de complémentarités entre le Maroc et la CEDEAO se présentent pour 11,6% des produits qui sont des spécialisations pour le Royaume tandis qu’ils restent une importation nette pour la CEDEAO. Globalement, les échanges commerciaux entre le Maroc et les pays de la CEDEAO ont connu un rebond significatif en 17 ans. Ils se sont situés autour de 10,3 milliards de dirhams en 2017 contre 1,5 milliard en 2000. Une progression qui puise ses origines dans le dynamisme des exportations marocaines qui ont grimpé à 9,4 milliards de dirhams en 2017 contre 2,8 milliards de dirhams en 2008.

Les importations marocaines en provenance de la CEDEAO se sont essoufflées en 2017 après un pic en 2011. Elles ont ainsi basculé de 2,7 milliards de dirhams à 800 millions de dirhams en 2017. En ce qui concerne le solde commercial, le Maroc ressort excédentaire avec 8,5 milliards de dirhams contre un surplus de 200 millions de dirhams en 2000. Selon les données formulées en mai 2018 par la Direction des études et prévisions financières (DEPF), la CEDEAO représente plus de la moitié (57%) des exportations marocaines vers l’Afrique subsaharienne en moyenne sur la période 2000-2016. Malgré ce taux, la part de cette zone dans le total des exportations marocaines demeure faible. On relève dans ce sens une augmentation de 3,8% en 2017 contre 1,1% en 2000. Les exportations du Maroc vers la zone sont composées principalement des « engrais » . Elles ont représenté sur la période 2010-2017 une moyenne de 19,5% des expéditions marocaines vers la CEDEAO. Cette part a atteint les 30% en 2017 en lien avec la mise en place par le Groupe OCP en 2014 d’une ligne de production dédiée exclusivement au marché africain.

Les «poissons, crustacés, mollusques préparés ou conservés» arrivent en deuxième position avec une part de 13,6% des exportations marocaines vers la CEDEAO, suivies des «huiles de pétrole ou de minéraux bitumineux» (10,4%). S’agissant des importations de la communauté, le Maroc a vu ses parts de marché progresser de 0,8% en 2016 contre 0,3% en 2000. L’analyse de la structure de ces importations par pays montre que le Nigeria est le principal fournisseur du Maroc, représentant près de 61% des importations marocaines en provenance de la zone qui sont essentiellement constituées de propane et butane liquéfiés (41%), d’aliments pour animaux (13,4%), de café et succédanés de café (12,7%), d’éléments chimiques inorganiques (4,6%) et du coton (4%). Au sein de la CEDEAO, le Sénégal est sans conteste le premier client du Maroc. Il capte en effet 21,7% du total des exportations marocaines vers cette zone. La Côte d’Ivoire arrive deuxième détenant ainsi une part de 15,6% contre 14,1% pour le Nigeria, 10,9% pour le Ghana et 8,7% pour la Guinée. Il est à souligner que le positionnement commercial du Maroc au niveau de la région CEDEAO reste en deçà des potentialités existantes. Le Maroc détient, en effet, une part de marché plus importante au niveau de la Guinée. Elle est estimée à 1,77%. Au Mali cette part revient à 1,61% contre 1,46% au Sénégal et 1,40% à la Guinée-Bissau. Au Nigeria la part de marché du Maroc demeure dérisoire, soit 0,17%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *