Maroc- Economie: Le scénario catastrophe est écarté

Maroc- Economie: Le scénario catastrophe est écarté

Les dynamiques économiques restent contrastées mais la configuration sectorielle conforte des perspectives globalement positives pour 2013. Ce sont là les grandes lignes à retenir de la note de conjoncture du mois d’août publiée mensuellement par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’économie et des finances.

Plus en détail, la note précise que les derniers indicateurs conjoncturels montrent une évolution mitigée de la situation économique nationale, avec une évolution positive au niveau des activités primaires et des activités tertiaires, alors que les activités du BTP et des industries manufacturières auraient connu un ralentissement par rapport à l’année passée.

Toutefois, la DEPF signale que le deuxième trimestre de l’année 2013 a été marqué par une accélération des exportations des secteurs de l’électronique, de l’aéronautique et de l’automobile, la tendance toujours haussière des importations des biens d’équipement et des demi-produits et la reprise des importations énergétiques. Sur un autre plan, les principaux piliers de la demande intérieure, la consommation des ménages et l’investissement continuent à tirer la croissance nationale, dans un contexte de ralentissement de la demande étrangère adressée au Maroc.

En effet, la consommation des ménages aurait tiré profit de plusieurs facteurs positifs, notamment la création de l’emploi rémunéré, la progression toujours positive de l’encours des crédits à la consommation, la réalisation d’une bonne campagne agricole et la reprise des transferts des MRE ainsi que la relative maîtrise de l’inflation. En outre, la bonne tenue des recettes des IDE, des émissions au titre de l’investissement du budget de l’Etat et des importations des biens d’équipement témoigne d’un maintien de l’effort d’investissement en 2013.

Dans le même sillage, les activités agricoles devraient contribuer favorablement à la croissance économique nationale en 2013, bénéficiant de la réalisation d’une bonne production céréalière de 97 millions de quintaux contre 51 millions un an auparavant, ainsi que de l’évolution favorable des autres cultures, confortées par des conditions climatiques propices.

En outre, l’activité de l’élevage devrait s’orienter positivement, tirant profit de l’amélioration des fourrages. Aussi, sur le plan des échanges extérieurs du secteur agricole et de l’agroalimentaire, les exportations se sont améliorées de 5,4% à fin juillet 2013, tirées par la hausse des exportations de l’industrie alimentaire de 15%, à 12 milliards de dirhams, contrebalançant la baisse de la valeur des exportations des agrumes et primeurs de 7,4%, toutefois, en atténuation comparativement au repli de 16,6% enregistré à fin juin 2013.

Pour sa part, le secteur de la pêche n’est pas en reste. Le volume des débarquements de la pêche côtière et artisanale s’est raffermi de 7,9% en glissement annuel au titre du premier semestre de l’année 2013 et leur valeur a augmenté de 7,6%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *