Maroc-Espagne : la dette reconvertie

Maroc-Espagne : la dette reconvertie

Le programme de reconversion de la dette publique espagnole détenue par le Maroc avance bien. Thème de la troisième rencontre du comité mixte hispano-marocain, tenue récemment au sein du ministère des Finances et de la Privatisation,  ce programme prévoit un investissement de 300 millions de dirhams entre 2006 et 2008. Il s’agit du reliquat de ce projet qui a démarré le 9 décembre 2003 avec l’objectif de transformer sur cinq ans environ 50 millions d’euros de la dette bilatérale en investissements publics. Un double objectif s’attache à ce programme : contribuer au développement économique et social du pays, tout en renforçant la présence des entreprises espagnoles au Maroc. 
Environ 225 millions de dirhams (22,5 millions d’euros) seront destinés à des projets d’assainissement liquide de l’ONEP dans le Nord du Maroc et 75 millions de dirhams qui seront versés dans le compte «Fonds de soutient à l’initiative pour le développement humain».
La partie revenant à l’ONEP concerne Chefchaouen, Saâïda et Dar Chaoui. En 2004, une enveloppe de 100 millions de dirhams avait déjà été allouée au financement de la reconstruction de la région d’Al Hoceima, suite au séisme. Il s’agit d’un projet de renforcement de l’alimentation électrique réalisé par l’ONE avec un budget de 45 millions de dirhams et à la reconstruction du tronçon routier Targuist-Bni Bouncer, dont le budget s’élève à 55 millions de dirhams.
D’un autre côté, un nouveau projet électrique de «renforcement du réseau 225 Kw» à réaliser par l´ONE viendra remplacer le projet prévu initialement pour la 2ème tranche de 100 millions de dirhams allouée en 2005, qui faisait relation à l’évacuation de la production de la centrale du barrage Al Wahda.
Les différents projets entrant dans le reliquat des 300 millions de dirhams devront, pour être sélectionnés aux appels d’offres de l’ONE et de l’ONE, être portés par des entreprises marocaines ou des entreprises mixtes maroco-espagnoles.
Ce programme de reconversion s’inscrit, rappelons-le, dans la perspective d’une réduction de la dette extérieure publique du Maroc. Après avoir atteint jusqu’à plus de 40% du PIB, à la fin 2005, celle-ci  représentait 25,1% du PIB en 2005  contre 26% du PIB fin 2004.
Les réalisations enregistrées au cours de l’année 2005 en matière de gestion active de la dette extérieure se sont élevées à 276 millions de dollars, soit une augmentation de 52% par rapport à l’année 2004 et ont porté sur la conversion de dettes en investissements privés pour 458 millions  de dirhams dont 308 millions de dirhams avec l’Espagne.


 Critères d’éligibilité


Les appels d’offres relatifs aux projets entrant dans le cadre du programme de reconversion de la dette seront lancés directement par l’ONE et l’ONEP auprès des entreprises espagnoles. Celles-ci seront chargées de la réalisation des différents travaux, durant laquelle il sera indispensable de collaborer avec des entreprises et des sous-traitants locaux. Les entreprises espagnoles devront aussi employer de la main-d’œuvre locale. Au total, il est possible d’estimer qu’au moins 20 à 50% des travaux seront réalisés par des sous-traitants locaux. Quant aux projets de l’INDH, ils seront réalisés par des sociétés marocaines. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *