Maroc-Espagne : une coopération branchée

Maroc-Espagne : une coopération branchée

Le Maroc et l’Espagne renforcent leur coopération. Énergiquement. Des experts des deux pays ont discuté, durant deux jours, des moyens de développement de la coopération dans ce secteur. C’était lors des journées d’étude, à Marrakech, les 16 et 17 mars, sur la coopération maroco-espagnole dans le domaine de l’énergie électrique.
Une manifestation initiée par le Comité Averroès, l’Office national de l’électricité (ONE) et Red Electrica d’Espagne. En effet, l’ONE est alliée à nombreuses sociétés espagnoles pour la réalisation de ses projets.
Et ce, soit à travers des investissements directs, des partenariats ou des échanges d’expertise et d’assistance technique. L’interconnexion Maroc-Espagne est l’un des grands projets initiés dans le cadre de la coopération en énergie. Lancée par Red Electrica et l’ONE, la deuxième interconnexion électrique entre ces deux pays sera opérationnelle en juin prochain. Sur une longueur de 30 km, cette installation de trois câbles permettra de transporter 700 mégawatts.
En plus de ce chantier sous-marin, il y a la réalisation d’une centrale à cycle combiné de Tahaddart et d’un parc éolien à Essaouira (voir encadré). À 10 Km au nord de la ville d’Asilah, la centrale à cycle combiné de Tahaddart est développée en partenariat avec l’opérateur espagnol Endesa et le groupe Siemens.
D’autres entreprises ibériques sont impliquées dans le Programme d’électrification rurale global. «Nous poursuivons notre programme, « Electricité pour tous». D’ailleurs, la généralisation de l’accès à l’énergie électrique pour l’ensemble des Marocains est prévue vers la fin de l’année prochaine », annonce Ryad Jerjini, directeur de la coopération de l’ONE.
L’électrification par kits photovoltaïques est la solution que cette office a choisie pour ce programme. Et c’est la société espagnole Isofoton qui se charge de l’installation des kits solaires dans plusieurs régions ( Zagoura, Béni Mellal, Al-Haouz, Errachidia, Taroudant…).  Pour le développement de son réseau national de transport de l’électricité, l’ONE ambitionne de créer les « autoroutes de l’électricité ». Deux sociétés espagnoles prennent part à la réalisation de ce projet, Inbensa et Semi-Espagne.
La première est chargée de l’évacuation de la station de transfert d’énergie par pompage d’Afourer, de la réalisation de la ligne 225KV Chichaoua-Agadir et de l’extension du réseau 400 KV. S’agissant de Semi-Espagne, elle est chargée de l’évacuation de la centrale thermo-solaire d’Aïn Beni Mathar, de l’évacuation du parc éolien d’Essaouira ainsi que du passage des lignes 150 KV en lignes 225 KV.

 Un parc éolien à Essaouira


Lancé en janvier dernier par l’ONE, le parc éolien d’Essaouira s’inscrit dans le cadre du renforcement de la politique de développement des énergies renouvelables. D’un coût global de 650 MDH, le projet bénéficie d’un financement de la banque allemande KFW à hauteur de 50 millions d’euros. Après appel à la concurrence, le marché de réalisation a été confié à la société espagnole Gamesca Eolica. Cette société est chargée des études d’exécution, des travaux de génie civil, de la fourniture, du montage, des essais et de la mise en service. Elle est également chargée du contrat de service après vente pendant une durée de 9 ans. Situé à Cap Sim, à 15 Km, à vol d’oiseau au sud d’Essaouira, ce parc éolien est d’une puissance totale de 60 MW.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *