Maroc : Les oasis en mal de modèle de gestion durable

Maroc : Les oasis en mal de modèle de gestion durable

C’est dans le sud marocain, à Zagora, qu’une importante problématique a éte relevée. Il s’agit de l’état des oasis. Lors du deuxième Forum international des oasis et du développement local à Zagora qui s’est tenu du 28 novembre au 1er décembre 2013, tourisme responsable, exploitation durable et fédérations des efforts et visions gouvernementales dans le but de la pérennisation et de la mise en valeur des richesses de ces lieux étaient à l ‘ordre du jour d’un débat qui a réuni tous les acteurs institutionnels et non institutionnels concernés par la question.

Le sud marocain regorge d’oasis. Ces lieux mythiques si exploités dans une optique durable, peuvent être de réelles sources de richesse. Or, tel n’est pas toujours le cas. C’est l’association du Forum international du tourisme durable et du développement local de Zagora qui a tiré la sonnette d’alarme. Affirmant l’urgence de la question, Mohand Laenser, ministre de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire national, a évoqué la dégradation des terres de ces oasis, qualifiant leur état de délabrant et leur gestion d’être loin de répondre aux besoins des populations avoisinantes. «A cela s’ajoute le changement climatique qui est tout sauf clément. Si la situation ne change pas et si nous ne réunissons pas nos efforts en vue de sauver ce patrimoine, il est clair que la disparition sera son sort», s’alarme Laenser.

En effet, ces oasis qui ont besoin de réanimation urgente, devront être un levier de développement social, économique et écologique. Dans ce sens, la préservation et la promotion de ses potentiels de développement régional relèvent du primordial. Se montrant rassurant, Laenser a déclaré vouloir faire de ce chantier une priorité nationale et non régionale uniquement.

Le Forum international des oasis et du développement local à Zagora a été l’occasion de cogiter autour d’un projet commun, réunissant tous les acteurs locaux et nationaux, et qui tourne autour du développement durable des zones oasiennes marocaines. Quant au ministre du tourisme, Lahcen Haddad, il a insisté sur l’importance écologique des oasis et leur rôle dans le maintien de l’équilibre climatique de la région. Il a également mis en exergue les potentialités de la région en matière de tourisme durable et de l’artisanat local, deux éléments sur lesquels il faut capitaliser pour le développement de la région en question.

Les organisateurs ont prévu plus de 40.000 visiteurs pour ce forum qui a pour objectif majeur d’innover et faire naître un modèle de développement durable pour ces zones fragiles fondées depuis des siècles sur une gestion optimale de l’eau, mais qui, malheureusement, se battent à l’heure actuelle contre un stress hydrique permanent.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *