Maroc Telecom en bourse en novembre

Environ 10 à 20% du capital de l’opérateur Maroc Telecom seront placées en Bourse durant le mois de novembre. D’après l’agence Reuters qui évoque des sources bancaires, le placement se fera sur le marché de Casablanca et sur un marché étranger, probablement Paris. La place financière française semble être la voie privilegiée face à l’option de la Bourse de Londres et celle de New York. L’information non encore confirmée par le ministère des Finances, circule pourtant depuis quelques jours dans les milieux financiers.
Concernant les recettes de l’opération, les prévisions du budget 2005, à savoir 12,3 milliards de dirhams (1,37 milliards de dollars) ne seront pas atteintes d’après des sources ministérielles citées par l’agence. La première séance de cotation devrait quant à elle avoir lieu le 10 décembre prochain , selon le consortium chargé de l’opération. La mission d’évaluation, de conseil et de placement avait été confiée en juin dernier à un groupement mené par Attijari Finances Corp , filiale de la banque Attijari Wafa Bank, Merril Lynch et BNP Paribas Corporate Finances.
Ce dont est pour le moins sûr au stade actuel des choses, c’est que cette introduction partielle aura lieu cette année, probablement avant la prise de contrôle par Vivendi. Une manière sans doute d’établir une nouvelle valorisation, permettant de fixer la transaction avec Vivendi.
Aussi, la vente des 16% de Maroc Telecom à Vivendi Universal, prévue initialement cette année, n’interviendra pas avant 2005. Le groupe français déboursera environ 800 millions d’euros (8 milliards de dirhams) (estimation de Paris) dans cette opération, le prix à payer pour prendre le contrôle de l’opérateur Maroc Telecom, en portant sa participation à 51%.
Rappelons que le Conseil de gouvernement a adopté le 2 septembre dernier deux projets de lois relatifs à la privatisation des établissements publics. Ce nouveau texte modifie la loi sur la privatisation des établissements publics.
Pour les observateurs, ces amandements étaient surtout destinés à préparer les bases juridiques du placement d’une partie du capital d’une entité publique (Maroc Telecom en l’occurrence) sur une place boursière internationale.
L’Etat de santé de Maroc Telecom laisse augurer d’une bonne réussite de ces différentes opérations. Le bilan de l’exercice 2003 faisait ressortir un chiffre d’affaires de 15 milliards de dirhams. L’entreprise emploie directement 12 000 personnes et concourt à l’emploi de 17000 revendeurs. Avec des investissements de l’ordre de 2,3 milliards dans les infrastructures. En 2003, Maroc Telecom a introduit l’ADSL pour Internet, le MMS après le SMS pour le mobile, le VPN-IP pour les réseaux d’entreprise.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *