Maroc Telecom : La ruée vers l’or

Une grande confidentialité entoure l’opération comme le veulent les gendarmes de la Bourse. Pas de communications chiffrées avant la fin de la souscription, cela afin de ne pas perturber la confrontation entre l’offre et la demande. Mais il est déjà un fait. Les petits porteurs marocains ont cassé leur tirelire et sorti leurs bas de laine pour souscrire à l’OPO de Maroc Telecom.
Vendredi dernier, et selon les informations qui circulaient dans les milieux financiers, le chiffre 150 000 souscripteurs était dépassé au niveau de la tranche des particuliers. C’est d’autant plus historique que le Marocain moyen connu pour son goût prononcé de la thésaurisation a toujours eu du mal à se familiariser avec les mécanismes de la Bourse.
La valeur des demandes de souscriptions atteignait 2,8 milliards à la clôture de la semaine, pour une offre globale de 1,79 milliard de dirhams. «A ce niveau, on peut dire que l’opération est une réussite puisque la souscription a atteint 1,5 fois l’offre». La dernière opération en date, celle de la BCP, avait été souscrite environ 8 fois, mais pour un montant de l’offre de seulement 700 millions de dirhams.
Remarque intéressante pour Maroc Telecom : le chiffre ne concerne que les sociétés de Bourse et les banques. Le taux de souscription gagnerait quelques points si on y intègre la Poste. Barid Al-Maghrib a en effet déployé la grosse artillerie, une grande opération marketing a été menée auprès des clients.
D’autres éléments sont tout aussi révélateurs de l’engouement suscité par l’OPO de Maroc Telecom. Ainsi, le simple fait que la plupart des agences avaient mobilisé leur personnel en fin de semaine, laissant leurs agences ouvertes jusqu’à 20 heures constitue un indicateur exceptionnel. Certaines banques ont d’ailleurs confectionné dans la hâte pour leurs clients une offre de crédit Maroc Telecom.
Concernant les institutionnels, les résultats non encore disponibles devaient commencer à tomber hier en fin d’après-midi. En raison du caractère de l’opération, une offre ouverte, c’est-à-dire un prix variable, les institutionnels attendront jusqu’à la dernière minute. Mais là aussi, les informations se concordent et font état de gros mouvements à la souscription. La tranche des petits particuliers bénéficie, rappelons-le, de 20% du montant total introduit en Bourse. Les institutionnels, qui démarrent la souscription à partir de 10 millions de dirhams, constituent donc la seconde catégorie, celle dont la réponse est très attendue. Les indications sont tout aussi éloquentes concernant une autre catégorie des souscripteurs, les salariés de Maroc Telecom, lesquels bénéficient d’une décote de 15%. Pas de chiffre, mais des sources bancaires font état de «frémissements intéressants».
A l’international, Maroc Telecom a aussi le vent en poupe. A Paris, le montant de l’offre (130,98 millions) avait été souscrit quatre fois. Compte tenu du montant limité du placement fait sur cette place, l’on s’attend aujourd’hui à la fin de la journée à un taux plus élevé auprès des réseaux de placement. Ouverte depuis le 22 novembre, l’opération sera clôturée aujourd’hui. En définitive, ce n’est qu’à la fin de celle-ci que le prix de l’action compris entre 54,6 et 65,25 dirhams sera fixé.
La première cotation sur la Bourse de Casablanca puis à Paris interviendra le 13 décembre. La société de Bourse Finergy qui avait placé Maroc Telecom parmi les plus grands opérateurs de télécommunication dans le monde sur la base d’études comparatives. Ne s’y sont pas aussi trompé les sociétés de Bourse à l’image de BMCE Capital Bourse qui recommandait la valeur à la souscription. Une chose est sûre, la réponse des institutionnels étrangers est l’une des meilleures nouvelles pour Abslam Ahizoune, attendue que, d’après un analyste de la place, la corrélation et l’influence de celle-ci est prépondérante auprès des institutionnels locaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *