Maroc-UE : les contacts reprennent

Maroc-UE : les contacts reprennent

Dans l’objectif d’évaluer la mise en œuvre du plan d’action, prévu dans le cadre de la politique européenne de voisinage, le sous-comité Maroc-Union européenne, organe de consultation technique, a tenu sa réunion la semaine dernière à Rabat. Au cours de cette dernière, les travaux du sous-comité se sont penchés sur les questions relatives à la gestion des dispositions de l’accord d’association entre les deux parties.
Ainsi, en agriculture, la réunion s’est arrêtée sur le commerce des produits agricoles et des produits agricoles transformés et procédé, également, à une "analyse du marché de la tomate" à la lumière de la campagne en cours, précise-t-on auprès de la Commission européenne.
En matière de pêche, le sous-comité a examiné la mise en place d’un plan de surveillance zoo sanitaire dans l’aquaculture et les mollusques bivalves. En outre, il a évoqué la mise à niveau des circuits de commercialisation des produits de la pêche ainsi qu’un système de traçabilité de ces produits.
Rappelons que la création en 2003 de sept sous-comités de coopération sectoriels entre l’Union européenne et le Maroc, à l’initiative du Royaume, s’inscrit dans le but du rapprochement des deux partenaires et l’orientation des relations Maroc-UE vers un statut avancé.
Parmi les sept sous-comités, celui de l’industrie, du commerce et des services s’est déjà réuni en octobre dernier à Rabat où il s’est penché sur les questions liées au rapprochement des normes et des réglementations techniques entre les deux parties.
Parallèlement, le Conseil européen de l’agriculture et de la pêche s’est réuni à Bruxelles, le lundi 14 mars, sous la présidence de Fernand Boden, ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural du Luxembourg. Le Conseil a discuté de la proposition de la Commission sur la création d’une agence européenne de commande de pêche dont la création a été retardée le 28 avril 2004. Les dépositaires avaient longtemps réclamé un champ de jeu de niveau dans la commande et la surveillance des activités de pêche. En effet, la nouvelle agence sera chargée de s’assurer du fait que l’ensemble des règles de la Politique commune de la pêche (PCP) sont imposées sur les territoires des Etats membres, dans les eaux sous leur responsabilité et par les bateaux de pêche battant leurs pavillons partout où elles fonctionnent.
L’établissement des équipes multinationales d’inspection dans les secteurs et la pêche, où plusieurs Etats membres ont un intérêt, apportera l’épargne et un déploiement plus raisonnable des ressources. En outre, l’agence assurera la coordination de l’application des projets pilotes communs à de nouvelles technologies de surveillance d’essai et du développement des procédures opérationnelles communes de commande.
Elle pourrait également fournir des services tels que le relèvement des navires d’inspection ou de déploiement des observateurs dans le cadre des organismes régionaux de pêche qui visent à conserver des poissons dans les eaux internationales. Auparavant, le Conseil a eu un premier échange de vues sur la proposition de la Commission lors de la réunion de juin 2004.
Ceci a été suivi, en octobre 2004, d’une discussion politique où le Conseil a énoncé son soutien à la création de l’agence comme instrument qui fournirait une application plus efficace et plus uniforme.
Le Conseil européen a décidé en décembre 2003 que cette agence serait située en Espagne.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *