Marrakech accueille les négociateurs mondiaux du climat: La COP22 sous le signe d’un engagement plus fort

Marrakech accueille les négociateurs mondiaux du climat: La COP22 sous le signe  d’un engagement plus fort

Ils l’ont voulue une COP de l’action, une Cop africaine mais également une COP de concrétisation des engagements de l’Accord de Paris. Le Maroc se place, ce 7 novembre, au cœur du monde. Marrakech, qui abrite pour la deuxième fois cet événement, constitue un tournant dans l’histoire de la lutte contre le changement climatique. La 22ème Conférence des parties vient ainsi marquer «un changement de dynamique et un engagement encore plus fort». C’est d’ailleurs sur quoi mise Salaheddine Mezouar, président de la COP22. «Cet engagement doit honnêtement se traduire par les engagements des Etats mais également par l’accélération d’un certain nombre de chantiers et la priorisation également des initiatives que le Maroc entreprend», précise à cet effet le président de la COP22.

Au moment où la Ménara brille aux couleurs de cet événement planétaire, Marrakech se pare de ses plus beaux atours et commence à accueillir ses premiers participants. Plus de 50.000 personnes prendront part, dès aujourd’hui, à cette manifestation. De même, des dizaines de chefs d’Etat se rendront les prochains jours dans la ville ocre pour débattre des enjeux climatiques et de l’avenir environnemental de la planète. Acteurs étatiques et sociétés civiles renforceront leur alliance en faveur du climat et inscriront leurs démarches dans la continuité des engagements pris en marge de la COP21 organisée l’an dernier à Paris.

En effet, la COP21 a été couronnée par une déclaration universelle, à savoir l’Accord de Paris. Cet accord, approuvé par 195 délégations et dont l’entrée en vigueur s’est faite vendredi dernier, est venu doter la communauté internationale d’une feuille de route universelle. L’objectif étant de limiter le réchauffement mondial en dessous de 2°C, voire de se rapprocher de l’objectif de 1,5°c . «L’Accord de Paris a apporté quelque chose de fondamental, celui de réunir les pays autour d’une vision commune. Son entrée en vigueur rapide  illustre l’engagement du monde entier pour une action décisive en faveur du climat», explique Salaheddine Mezouar. Et de poursuivre que «l’entrée en vigueur accélère effectivement le processus mais ne règle pas toute l’équation. Aujourd’hui le vrai travail commence et l’entrée en vigueur donne cette force aussi bien à l’action qu’à l’environnement».

Depuis qu’il s’est lancé dans la préparation de la COP22, le Maroc a marqué l’inflexion à travers l’adoption d’une approche axée sur l’action. Toutes les négociations ont été orientées vers la recherche de solutions pragmatiques sur la structuration de financement et le renforcement des capacités. L’accent est également porté sur les pays en développement qui, certes, émettent moins, mais subissent fortement le changement climatique. 

C’est en faveur de ces pays que le plancher de l’aide climatique a été fixé à 100 milliards de dollars.  Rappelons que l’Accord de Paris a pour objectif d’augmenter la résilience des communautés et des entreprises aux impacts du changement climatique. L’accord appelle également à diriger les flux de financement au niveau mondial vers des investissements dans des projets à faibles émissions en gaz à effet de serre  et vers des projets résilients au changement climatique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *