Marrakech : Le tourisme se tourne résolument vers le digital

Marrakech : Le tourisme se tourne résolument vers le digital

Une stratégie spécifique est déjà mise en œuvre

M. Lamnini suggère d’asseoir un marketing territorial attrayant pour étoffer et soutenir la destination Marrakech et de créer un dispositif d’accompagnement des établissements et des opérateurs touristiques qui n’ont pas encore franchi le cap du digital.

Marrakech, destination phare du tourisme au Maroc, se tourne vers le digital. Tous les acteurs du secteur sont devenus conscients de la nécessité de s’orienter vers tous les outils électroniques en vue d’atteindre davantage de clients aussi bien étrangers que nationaux. D’ailleurs, la ville s’est dotée d’une stratégie digitale sur la période 2016-2020. Elle a été développée dans le cadre d’une conscience collective et initiée par le Centre régional du tourisme de Marrakech (CRT). En fait, le CRT n’a pas rechigné sur les moyens pour s’impliquer dans cette approche, puisque le contexte, sans cesse en évolution, l’exige. C’est en ces termes que s’est exprimé Abderrahim Bentbib, directeur du CRT de Marrakech, lors d’une conférence autour du e-tourisme à l’occasion de la 2ème édition des Meetings Morocco.

«L’organisme a rapidement compris que le défi par rapport à cette destination doit être relevé au niveau de la Toile, incluant l’ensemble de ses composantes, et non plus sur les salons, meetings…», précise Adil Lamnini, président de l’Association professionnelle des marques marocaines et conseiller digital auprès du CRT de Marrakech.

L’objectif final étant de positionner Marrakech comme une marque puissante et attractive à l’image de ce qui se fait dans des villes comme Barcelone, Istanbul, Séville ou Dubaï. Il s’agit donc d’en faire une expérience multi-sectorielle et de passer outre sa qualification de destination touristique dans le sens conventionnel du terme.

De plus, M. Lamnini suggère, parmi ses recommandations, d’asseoir un marketing territorial attrayant pour étoffer et soutenir la destination Marrakech et de créer un dispositif d’accompagnement des établissements et des opérateurs touristiques qui n’ont pas encore franchi le cap du digital. Cela, en mettant en place les ressources nécessaires pour accompagner le dispositif digital de Marrakech  et se donner les moyens nécessaires pour atteindre ces ambitions. Par ailleurs, un city branding est plus que jamais nécessaire, à condition qu’il soit plus percutant et adapté aux marchés cibles et à toute catégorie de clients actuels potentiels.

Cela a commencé par la création d’un site internet (www.visitmarrakech.com) qui est le premier à avoir intégré le mandarin parmi les langues proposées. Dès le lancement de ce site, la volonté de tous les acteurs concernés a été exprimée pour s’orienter vers le 2.0. «Même l’office national marocain du tourisme compte consacrer près de 70% de son budget annuel au digital», ajoute M.Lamnini. Fini le temps des brochures, des flyers, et plus généralement de la promotion par les supports basiques de communication. Il faut dire que la digitalisation du tourisme est illustrée aussi par les réservations.

70% des établissements ne disposent pas d’une e-reputation

En effet, elles sont dans leur majorité réalisées sur internet et à travers des applications ; sauf que ce segment est accaparé essentiellement par booking et des sites semblables qui en drainent 20 à 25%. «Et même si le segment de la réservation est mort ou presque, un travail de taille reste à faire dès que le client atterrit au Maroc, en termes de restauration, d’attraction et d’une manière globale, de prise en main», explique notre source. Par ailleurs, 70% des établissements ne disposent pas d’une e-reputation, n’ont pas d’existence sur le Net et c’est à ce niveau que le chantier devra être accéléré. Pour pallier ce manque, le conseiller digital auprès du CRT Marrakech avait proposé la création de sites préétablis; une sorte de site internet clé-en-main, pour chaque hôtel, que ce dernier devra alimenter et développer au fur et à mesure, selon ses besoins et ses goûts. De même, des formations ont été lancées. La prochaine tournerait autour du thème «Digital for non-digitals» dont l’objet serait d’initier les opérateurs qui n’ont aucune notion sur le digital… au digital. Notons au passage que Marrakech a pris une longueur d’avance en la matière par rapport aux autres villes. «Toutes les initiatives digitales ont été prises dans la ville ocre au niveau du CRT», conclut M. Lamnini

Cette stratégie orientée vers la Toile serait élargie à toutes les autres villes du Maroc, sachant que le taux d’équipement varie entre 50 et 60% dans tout le pays. Ainsi, un cahier des charges a été établi pour les villes de Fès, Essaouira, Tanger et Safi. Il vise à créer une mouvance digitale globale, à commencer par l’équipement des CRT des régions d’abord, pour ensuite se tourner vers les opérateurs hôteliers et touristiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *