Master-franchise : L’étage intermédiaire

Un franchiseur est par définition le fondateur de la franchise. A ce titre, il est appelé notamment à recruter des franchisés, qui eux, sont appelés à développer le concept tout en y mettant une bonne dose d’innovation à même de générer des gains. Cependant, il n’est pas toujours évident de chapeauter les équipes opérant sur le terrain. Pour ce faire, une parade a été imaginée pour pallier la situation. Nom de code : Master-franchise. C’est un système de développement de la franchise à étages. Ce système comprend, un nouvel élément en plus du franchiseur et du franchisé. Il s’agit du Master franchisé.
Selon ce concept, le franchiseur vend au Master-franchisé le droit d’utiliser son concept pour une ou plusieurs unités lui appartenant mais aussi de développer le réseau en recrutant des franchisés et en prenant la place du franchiseur pour les aider à créer et développer leur affaire. Les franchisés ne sont alors plus en contact avec un franchiseur lointain mais avec le Master Franchisé qui devient donc en fait le franchiseur dans leur pays ou leur région.
Ce système suppose que le marché soit suffisamment large et le concept assez profitable pour assurer une rentabilité à chacun des étages. C’est pour cela qu’il est généralement appliqué à l’échelle d’un groupe de pays notamment. A l’intérieur d’un petit pays, ce concept a peu de chance de réussir.
En effet, il est rare que le système fonctionne sur une région sauf aux Etats-Unis qui regroupent plusieurs états ou alors au niveau de pays qui comptent plusieurs langues régionales nécessitant des adaptations malgré la petite taille du pays.
Le Master Franchisé rend compte au franchiseur étranger de son développement, de l’application du concept et reverse au franchiseur une partie des redevances que les franchisés lui ont versées.
Il y a parfois confusion entre le Master franchisé et le Regional Developper que l’on trouve aux USA. Le Regional Developper est souvent une solution risquée car il n’est que trop rarement responsabilisé devant l’échec des franchisés qu’il recrute. Ses revenus étant le plus souvent constitués de droits d’entrée et non de pourcentages sur la réussite des franchisés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *