Mawazin’com à l’assaut du médical

Mawazin’com à l’assaut du médical

Au Maroc, comme dans beaucoup de pays, la publicité dans le domaine médical est interdite. En conséquence, la communication médicale évolue dans un cadre strictement réglementé. D’où la rareté d’acteurs dans un domaine où les besoins sont pourtant énormes. Récemment mis en place, Mawazin’com est, avec Easycom et Médipro, l’un des rares acteurs dans ce domaine. Cette jeune PME, oeuvre de deux jeunes pharmaciens, Hicham Khaïri et Anas Benjelloun, tous deux diplômés à l’étranger, fonctionne aujourd’hui en Agence conseil en communication.
En quelque sorte, une interface entre les laboratoires, les pharmacies et le public. «Nous évoluons dans un secteur très réglementé et où on est appelé à la fois à user du langage de spécialiste avec les acteurs, pharmaciens et laboratoires, et aussi un ton didactique avec le public », rappelait M. Khaïri, lors du dernier Salon Medical Expo, événement où la jeune PME était particulièrement présente. «Nous sommes dans une phase charnière, rappelle-t-il. D’un côté, de nouvelles lois comptables attendues pour 2005, de l’autre des accords de libre-échange et des ouvertures de frontières attendues et rendant indispensables la mise à niveau, laquelle ne concerne pas seulement la conception du médicament, mais aussi l’étiquetage, la commercialisation et, partant, la communication ». Actuellement, les firmes internationales importent tout de l’extérieur, y compris les fichiers de médicaments qui sont ensuite adaptés au marché marocain. Autant de coûts qui peuvent être limités grâce au savoir-faire acquis par les opérateurs locaux. «Nous essayons de convaincre les multinationales d’oeuvrer dans ce sens et d’une manière générale d’impliquer les acteurs industriels dans l’élaboration des produits ».
Pour sa part, Mwazin’com est active dans le choix des stratégies de communication pour les campagnes à caractère médical, l’élaboration des visuels, les adaptations de fichiers, le conseil pour l’équipement du matériel pour visites médicales, l’aide de visite médicale, la fiche posologie, le bloc d’ordonnance, le PLV pour officine, cabinet médical ou CHU.
En quête de diversification, l’entreprise s’intéresse aussi à la communication générale pour toutes entreprises. «Cela découle d’un choix stratégique, on ne peut pas se limiter à notre seul domaine de prédilection. Quand on développe une certaine expertise dans la communication médicale, il est plus aisé de faire de la communication en général. L’inverse est très difficile », explique M. Khaïri.
Pour 2005, Mawazin’com compte investir tout le vaste champ de la communication, tout en continuant à privilégier le domaine médical et paramédical.
L’entreprise compte se rapprocher davantage des médias, prolongement naturel de ses activités. Vu le caractère limité de la publicité et de la communication médicale, l’usage des médias nécessite un langage maîtrisé, qui doit servir d’interface, en étant adressé au public, tout en restant médical et spécialisé. «Notre raison d’être, c’est non seulement de faire passer un message, mais aussi de le rendre intelligible au citoyen ordinaire», rappelle le directeur associé de Mawazin’com, par ailleurs titulaire d’un diplôme supérieur de gestion (communication et marketing), à l’ISCAE.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *