Merzouga : Sur les traces des dunes

Merzouga : Sur les traces des dunes

Elles étaient une trentaine de femmes à se rendre le week-end dernier dans la province d’Errachidia pour trois journées en pleines dunes. Organisé par Maroc Telecom et Nokia, ce périple se voulait une découverte du désert en marge de la 14ème édition du rallye Aïcha des Gazelles, qui se tient du 22 au 29 avril. Beaucoup de celles qui y ont pris part n’ont en effet jamais mis les pieds dans cette partie du Royaume, mais toutes n’ont pas caché leur bonheur.
Amour de l’aventure et désir du dépassement obligent. Il faut dire que ces femmes, journalistes, cadres d’entreprises ou encore simples admiratrices des paysages désertiques, avaient au menu un circuit très alléchant. Les dunes de Marzouga, une véritable attraction touristique, constituaient son point d’orgue. Le lever ou le coucher du soleil dans cette partie du désert marocain, avec des dunes pouvant atteindre les 30 m est un moment plein de magie. Celle de la naissance de l’astre de la vie dans une infinité de sable. Les très nombreux touristes étrangers, venant des quatre coins du monde, en savent quelque chose. «C’est dommage que les Marocains ne se déplacent pas en grand nombre. Nous avons vu défiler toutes les nationalités pratiquement. Demandez à une Japonaise et elle vous décrira avec admiration la beauté de ce site au moment où beaucoup de nos compatriotes hésiteront avant de demander dans quelle province se trouve la région», estime avec amertume Chrif, un guide-chauffeur de véhicule tout terrain.
Une profession que de nombreux «sudistes» ont choisie. Ceux-là mêmes qui connaissent le Sahara comme leur poche étant capables de s’y orienter sans le moindre moyen de positionnement, boussole ou camps notamment. Leur astuce, une parfaite connaissance des reliefs du désert.
Aux amoureux de ce dernier, avides d’aventure, plusieurs formules sont prévues. L’une d’elles, que beaucoup n’hésitent pas à choisir pour pousser le dépaysement à l’extrême, est un circuit de plusieurs jours, une semaine en moyenne, entre dunes et erg, à dos de chameau. Nuits à la belle étoile ou dans des tentes berbères, repas locaux et paix intérieure. « Dans un aussi grand espace qu’est le désert, on ne peut pas ne pas se sentir le maître du monde », confie un touriste de Marseille, qui vient de passer huit journées en bivouac dans la région de l’Erg Chebbi, un espace de dunes d’environ 22 km du nord au sud et 5 km de l’est à l’ouest dans la partie la plus large, et qui se trouve au sud-est d’Errachidia.
L’artisanat de la région est également d’une grande richesse. Il ne faut pas oublier que cette partie du sud marocain regorge d’un trésor géologique et archéologique des plus précieux au monde. Des fossiles d’ammonites et de trilobites entre autres. Plusieurs carrières, ainsi que de nombreux ateliers ont été ouvertes pour les extraire, les polir et en faire un produit très séduisant de par son originalité et sa valeur inestimable; des tables, des chaises, des ustensiles de cuisine, des cendriers, des fontaines d’intérieur et même des lavabos et des salles de bain. Bref, une véritable industrie artisanale s’est mise en place autour de l’exploitation de ces trésors terrestres, que les « Gazelles » de Maroc Telecom et de Nokia ont beaucoup appréciés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *