Message royal au 2ème sommet annuel de Women in Africa Initiative : L’égalité, un droit humain fondamental

Message royal au 2ème sommet annuel de Women in Africa Initiative : L’égalité, un droit humain fondamental

SM le Roi a mis l’accent sur la nécessité de tirer le meilleur parti de la forte propension des femmes africaines à occuper des positions de leaders dans le monde de l’entrepreneuriat.

Plus de 400 femmes africaines et d’ailleurs ont fait le déplacement dans la ville ocre pour participer au 2ème sommet annuel de Women in Africa Initiative, organisé les 27 et 28 septembre 2018, sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. «Ce n’est pas un hasard, faut-il le rappeler, si les femmes africaines comptent à leur actif des succès et des réussites multiples. En effet, mieux instruites, plus actives et plus libres dans leur choix de vie, elles s’illustrent désormais par une présence plus dynamique dans les sphères politique, économique et sociale», souligne Sa Majesté le Roi dans son message adressé le 27 septembre 2018 aux participants de cette seconde édition.

Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire pour que la femme africaine puisse améliorer sa condition. «En conséquence, des efforts accrus doivent être déployés pour développer le niveau d’implication effective des femmes dans les dynamiques de développement en cours et dans les processus décisionnels», indique SM le Roi dans son message aux participant(e)s mettant également l’accent sur la nécessité de tirer le meilleur parti de la forte propension des femmes africaines à occuper des positions de leaders dans le monde de l’entrepreneuriat. Pour que l’Afrique soit une véritable puissance émergente, le continent a besoin d’initiatives novatrices telles que celles portées par les femmes. «Aucun pays, aucune société, aucune économie, ni aucune entreprise ne peut relever les défis de l’heure, ni mettre en valeur tout son potentiel si les femmes sont mises à l’écart», indique le Souverain à l’ouverture de ce sommet mondial. A cet égard, il est revenu sur l’accès des femmes, notamment les plus démunies d’entre elles, à des mécanismes innovants de financement, de favoriser l’appropriation et la diffusion de technologies sûres et durables et de mettre en place des espaces de concertation et de prise de décision aux niveaux local et national selon une approche participative.

Egalité entre les hommes et les femmes : une exigence socio-économique

Dans son message adressé aux participants de Women in Africa, SM le Roi a mis l’accent sur l’égalité entre les hommes et les femmes soulignant que c’est une finalité considérée comme un droit humain fondamental, un impératif juridique et une exigence socio-économique. Ainsi, il est revenu sur les différentes réformes effectuées par le Maroc en la matière précisant que plusieurs programmes en faveur de l’indépendance économique des femmes et de l’entrepreneuriat ont été initiés. Par ailleurs, le Souverain a souligné que le Maroc est «disposé à partager avec les pays africains frères son expérience en matière de facilitation de l’institutionnalisation budgétaire de l’égalité».

C’est l’ère de la femme africaine

Les femmes africaines prennent leur destin en main. En témoigne la présence en force des femmes du continent lors de cet événement. Ainsi, Hafsat Abiola, présidente de WIA, a souligné que c’est l’ère de la femme africaine s’engageant par ailleurs à ce que plus de pays africains soient représentés lors de la prochaine édition. Pendant deux jours, plusieurs intervenants panafricains et internationaux ont partagé leurs expériences au sein des différentes tables rondes. Ainsi, des master class et des laboratoires collaboratifs ont été mis en place. Les échanges se sont poursuivis lors des programmes Meet With, They Make Africa, les deux soirées WIA Happening, à savoir celle dédiée à la présentation de la nouvelle promotion de jeunes femmes entrepreneurs innovantes (projet 54) et celle qui a été consacrée aux industries culturelles.

Plus il y aura de femmes dans l’économie, mieux le monde se portera

Pour Aude de Thuin, fondatrice de Women in Africa (WIA), «cette seconde édition accueille plus d’une soixantaine de pays et un peu plus de 480 personnes, des femmes du monde entier : d’Afrique, d’Inde, des Etats-Unis, de Chine qui ont répondu présent parce que le monde aujourd’hui travaille avec l’Afrique. Les femmes veulent se connecter.

Parce que c’est dans l’entraide qu’on peut réussir. Plus il y aura de femmes dans l’économie, mieux la société se portera. Notre objectif c’est de créer cette connexion entre les femmes et faire en sorte que le monde prenne conscience que c’est par les femmes que l’Afrique bougera plus rapidement.

La nouveauté cette année ce sont les grand sujets que nous abordons sur le thème de la confiance et notamment la restitution des résultats de l’étude sur la confiance que nous avons réalisée sur l’Afrique. Il y a aussi les sujets consacrés à l’éducation car il faut qu’il y ait plus de femmes formées.

Nous allons par exemple parler de l’intelligence artificielle et comment celle-ci peut accélérer les processus d’éducation et de formation. Les nouvelles technologies sont en train de changer complètement la donne. Enfin nous remettons un prix qui s’appelle African Man of the Year Award, parce que plus il y aura d’hommes qui soutiennent la femme, mieux le monde se portera».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *