Microcrédit : 200 MDH pour Jaïda

Le fonds Jaïda vient d’être doté d’une enveloppe de 200 millions de dirhams. Avec la Banque centrale populaire (BCP) et la BMCE-Bank, ce fonds a été constitué pour faciliter l’accès au financement des associations de microcrédit. Ainsi, le fonds Jaïda, la BCP et la BMCE Bank viennent de signer un accord d’investissement portant sur un financement de 100 millions de dirhams de la part de chaque banque.
«Cet accord permettra au fonds de financer les Associations de microcrédit (AMC) pour accompagner leur développement», annonce-t-on dans un communiqué de presse.
Filiale du groupe Caisse de dépôt et de gestion (CDG), ce fonds a été constitué en juin 2007 sous forme de société de financement agrée par Bank Al-Maghrib. Il a été initié par la CDG en partenariat avec la banque allemande KFW, la Caisse de dépôt et de consignation (CDC) française et l’Agence française de développement (AFD).
« Pour Jaïda, Cette transaction représente un pas majeur dans la mise en place de sa stratégie générale et de ses objectifs de refinancement, lui permettant d’être un véhicule d’investissement pour le secteur privé marocain», ajoutent les trois signataires de cet accord dans ce communiqué. Tout récemment, le fonds Jaïda a signé une convention de garantie avec la Société financière internationale (SFI) pour un montant de 170 millions de dirhams qui permettra au fonds de lever des financements subordonnés auprès des banques marocaines.  Au mois de décembre 2007, Jaïda a signé avec la fondation Zakoura une convention de 40 millions de dirhams. Il s’agit d’un prêt subordonné qui représente la première convention de prêt subordonné de Jaïda. Cette convention se distingue aussi par le montant octroyé sans aucune garantie. «A la date du premier anniversaire de la signature du pacte d’actionnaires entre ses promoteurs – CDG, KfW, CDC et AFD – Jaïda a démontré par cette transaction sa capacité à répondre aux objectifs stratégiques qui lui ont été assignés, à savoir contribuer au développement du secteur du microcrédit marocain en complémentarité avec le système bancaire local», selon les responsables de ce fonds. Au mois d’octobre dernier, ce fonds avait signé ses deux premières conventions de prêt avec deux  associations de microcrédit «Inmaa» et «Al Karama».
Ces conventions portant sur des montants respectifs de 6 et 5 millions de dirhams permettront à ces deux associations de financer près de 4.300 clients finaux additionnels et d’améliorer ainsi les conditions d’un nombre équivalent de familles démunies.
Il est à noter que le besoin de financement du secteur du microcrédit est estimé à quelque 3 millions de clients qui se trouvent en majorité en milieu rural.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *