Millennium Challenge Corporation : Un second compact attend le Maroc

Millennium Challenge Corporation : Un second compact attend le Maroc

Le Maroc gagne de nouveau la confiance des États-Unis. Le gouvernement américain, partenaire du Maroc dans un projet de développement de grande envergure, attribue au Royaume l’éligibilité à un deuxième compact du Millennium Challenge Corporation.  Cette décision a été prise en marge du conseil annuel d’administration de la MCC tenu récemment à Washington. Ce choix a été par ailleurs appuyé par les différentes réformes engagées par le Maroc en vue de lutter contre la pauvreté et d’assurer le développement socio-économique du pays. «Le Maroc a continué de bien performer sur le tableau de bord MCC et a été un bon partenaire au développement lors de la mise en œuvre du précédent compact», relève-t-on du communiqué de la Mellinium Challenge corporation qui outre le Maroc a sélectionné la Tanzanie, le Liberia, le Niger et la Sierra Leone. Et de poursuivre que «les pays éligibles devront se disputer les ressources budgétaires limitées par le maintien d’un engagement fort pour la gouvernance démocratique et économique et par le développement de haute qualité, en temps opportun des propositions de la MCC pour promouvoir la croissance et réduire la pauvreté». Du côté marocain, l’Agence du partenariat pour le progrès (APP), chargée de l’exécution du Compact «Millennium Challenge Account», se félicite du verdict de l’organisme gouvernemental américain. «Le témoignage émanant de cette haute instance gouvernementale américaine est très édifiant et une reconnaissance indéniable de nos performances à l’origine de l’atteinte des objectifs qui nous ont été assignés et qui nous permettent de continuer de fournir un maximum d’efforts et d’engagements pour la clôture du premier Compact avec les meilleurs indicateurs possibles pour plus de mérite», relève-t-on de l’APP. Notons que l’accord du Millennium Challenge Compact a été ratifié en 2007 en vue de stimuler la croissance économique par le biais de la productivité et l’amélioration de l’emploi dans les secteurs à fort potentiel.
L’accent a été mis, entre autres, sur trois segments, en l’occurrence l’agriculture, l’artisanat et la pêche artisanale pour un financement global de près de 697,5 millions de dollars.
De ce total, l’arboriculture fruitière détient 326 millions de dollars. L’objectif est de promouvoir les spéculations agricoles peu consommatrices en eau à travers le développement de l’arboriculture fruitière. Le projet s’étend sur 25 provinces, situées en zones de piedmonts et oasiennes, mobilisant ainsi les potentialités de production des filières ciblées par le biais de l’intensification et l’extension des plantations d’olivier, d’amandier et de figuier en zones pluviales et du palmier dattier en zones oasiennes.
La mise à niveau de la filière de la pêche artisanale à la Maroc a nécessité au MCC un budget de 120,7 millions de dollars au moment où le projet d’«artisanat et Médina de Fès», a nécessité une enveloppe de 60,7 millions de dollars.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *