Mission économique en Australie : De nouveaux horizons de coopération s’ouvrent

Mission économique en Australie : De nouveaux horizons de coopération s’ouvrent

Riche et fructueuse, c’est du moins ce que l’on peut dire de la mission économique marocaine en Australie.

Un agenda bien chargé pour Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, qui conduit depuis lundi 4 février une importante délégation en Australie. Le ministre multiplie depuis la semaine dernière ses visites des nombreuses installations agricoles du pays. Les dernières en date sont celles du samedi 9 février où Aziz Akhannouch, accompagné d’opérateurs marocains, s’est rendu au terminal céréalier de Graincorp. Une installation logistique qui se situe au port de Brisbane. L’occasion étant de prospecter de nouveaux horizons de coopération dans la filière céréalière qui connaît des progrès révolutionnaires au Maroc. Cette visite a également permis de s’imprégner de l’expérience de Graincorp, une entité australienne ayant pour activité la réception et le stockage des céréales et de produits connexes. La délégation marocaine, qui compte des opérateurs privés de la filière, s’est enquise du mode opératoire de ce terminal, notamment en termes de gestion d’entreposage, de logistique ainsi que de l’achat et de la vente destinée à l’export.

La délégation marocaine, conduite par Aziz Akhannouch, a également visité les fermes horticoles de fruits rouges de la société Costa qui se veut la plus grande entreprise horticole australienne et important fournisseur de produits pour les détaillants en alimentation en Australie. Costa opère également au Maroc puisqu’elle détient 86% de la société Africain Blue gérant plus de 6 exploitations de myrtille au Maroc sur près de 300 hectares dont 29 hectares dans le cadre d’un partenariat public-privé avec l’Agence de développement agricole (ADA). Ce projet de Costa portant sur 9,2 millions de dirhams et la création de 123 emplois permanents devrait s’agrandir à l’avenir. La société envisage en effet de nouveaux investissements au Maroc, notamment dans la ville d’Agadir. La pêche maritime particulièrement l’aquaculture figure également parmi les secteurs promoteurs pour la coopération maroco-australienne.

En effet, l’Australie jouit d’un savoir-faire incontestable sur lequel le Maroc peut compter pour développer cette nouvelle filière au niveau national. Les opérateurs marocains participant à cette mission ont pu découvrir toute la chaîne de valorisation des produits de la pêche et s’inspirer du modèle australien qui mise sur la qualité avec une capture annuelle qui ne dépasse guère les 240.000 tonnes. L’expérience australienne est également inspirante en termes d’innovation et de nouvelles technologies. Le ministre a dans ce sens lancé un appel à la communauté scientifique australienne à accompagner la transformation digitale du secteur agricole marocain. Lors d’une rencontre de networking à l’université de technologie de Queensland, Aziz Akhannouch a invité la communauté de recherche et de développement de cet établissement à effectuer une visite au Maroc pour recenser les besoins et définir les mécanismes de collaboration.

La mission économique marocaine en Australie ne fera que renforcer la coopération non seulement dans le domaine de l’agriculture et de la pêche maritime mais également dans divers horizons. La présence du ministre permettra en effet de concrétiser cette ambition partagée entre les deux pays, dont les relations bilatérales se sont vues insuffler un nouvel élan, notamment après l’ouverture en 2017 d’une mission diplomatique à Rabat. Plusieurs messages clés ont été lancés dans ce sens. L’Australie reconnaît en effet l’importance du Royaume en tant que partenaire stratégique positionné dans un carrefour prometteur entre l’Europe d’une part et l’Afrique de l’autre. Le positionnement géostratégique du Maroc et sa stabilité politique et économique constituent aux yeux des décideurs australiens des bases solides pour un engagement stratégique et une coopérative active dans de nombreux domaines. Il est à noter que cette mission de coopération en Australie, toujours en cours, a été couronnée, par la signature d’un mémorandum d’entente entre la Chambre de commerce arabo-australienne et le Conseil d’affaires Maroc-Australie. Le but étant de raffermir les relations entre les deux entités et d’établir une communication ouverte sur les opportunités économiques dans les deux pays.

Ils ont dit

 

Mbarka Bouaida, secrétaire d’État chargée  de la pêche maritime

«Le Maroc a intérêt à s’inspirer de l’expérience australienne en matière d’utilisation des technologies et de la science dans les différents segments de l’économie. Pour les Australiens, le Royaume revêt une importance particulière. Outre un marché local développé, le Maroc, de par sa position stratégique entre l’Afrique et l’Europe et ses accords de libre-échange avec plusieurs pays, peut offrir plusieurs débouchés aux produits australiens. Une coopération triangulaire Maroc-Afrique-Australie peut être ainsi mise en place, d’autant que le Royaume a déjà établi plusieurs partenariats triangulaires sur l’Afrique».

 

 

 

Simon Birmingham, ministre australien du commerce

«Nous reconnaissons l’importance stratégique du Maroc en tant que porte et pont entre l’Europe et l’Afrique, ainsi qu’en tant que leader au niveau du continent. Ces atouts constituent de solides bases pour un engagement stratégique et une coopération active dans de nombreux domaines, notamment les secteurs économiques. Il existe une grande complémentarité en matière de compétences et de savoir-faire que les deux pays peuvent échanger. Ces opportunités ne concernent pas seulement les échanges commerciaux, mais peuvent faire de nos deux pays un vrai catalyseur pour une coopération plus poussée dans nos régions respectives».

 

 

 

Omar Moro, président de la Fédération des Chambres marocaines de commerce, d’industrie et de services

« L’Australie offre un marché prometteur pour les opérateurs économiques marocains dans le cadre de la stratégie du Royaume visant à diversifier les partenaires commerciaux. Cet État, dont l’économie a connu 26 années de croissance économique ininterrompue, est le seul pays de l’OCDE à ne pas être entré en récession pendant la crise financière et détient l’un des taux de croissance les plus élevés des pays développés. Ce qui fait de lui un marché à forte valeur ajoutée pour le Made in Morocco, mais nous devons améliorer la compétitivité de nos produits pour pénétrer ce marché très exigeant».

 

 

 

Rolland Jabbour, président de la Chambre arabo-australienne de commerce et d’industrie (AACCI)

«L’Australie ambitionne d’optimiser et d’étoffer son partenariat avec le Maroc. Il existe un potentiel énorme pour développer la coopération bilatérale. Nos pays ont des intérêts communs dans le commerce et l’investissement et nous partageons des valeurs similaires propices à la compréhension et à la coopération. Cette visite permettra aux opérateurs marocains de découvrir certaines régions rurales clés de l’Australie, à Victoria, en Nouvelle-Galles du Sud et en Australie-Méridionale, dans l’objectif de s’enquérir de l’expérience australienne dans les secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la pêche maritime».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *