Mohamed Youssfi : «Il est prévu de concevoir un système de labellisation des filières de formation en logistique»

Mohamed Youssfi : «Il est prévu de concevoir un système de labellisation des filières de formation en logistique»

Entretien avec Mohamed Youssfi, directeur général de l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL)

Le directeur général de l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL) revient sur le bilan de la stratégie nationale de la logistique mais également sur les actions menées par l’Agence afin de promouvoir le secteur et accompagner la dynamique économique du pays.

ALM : Comment évaluez-vous l’apport du secteur de la logistique à l’économie nationale ?

Mohamed Youssfi : Le secteur de la logistique est un secteur horizontal qui appuie et supporte les activités des secteurs productifs et de commerce. Son importance se mesure par son impact direct sur la compétitivité du tissu économique et l’amélioration de l’attractivité du pays pour les investissements directs étrangers. A ce titre, et selon les indicateurs fournis par l’Observatoire marocain de la compétitivité logistique, le secteur de la logistique et du transport a créé directement en 2016 une valeur ajoutée de 22 milliards de dirhams dans le PIB national et a pu drainer 418 millions de dirhams d’IDE.

Le Maroc s’est doté d’une stratégie nationale dans le domaine de la logistique. Un bilan ?

Le secteur logistique marocain a évolué de manière très positive depuis 2010, année du lancement de la stratégie logistique nationale. Cette évolution positive est assez nette, notamment en termes d’émergence des premières zones logistiques modernes et d’envergure principalement dans les régions du Grand Casablanca et de Tanger. Le tissu des acteurs logistiques a également connu d’importants développements avec l’entrée sur le marché national d’opérateurs internationaux de référence et l’évolution positive des opérateurs nationaux vers l’intégration de leur chaîne logistique. Nous avons également pu mesurer ces dernières années une baisse conséquente des coûts logistiques particulièrement au niveau des activités d’entreposage. La dynamique insufflée par cette stratégie a permis la création de plus de 24.000 nouveaux emplois entre 2010-2016, ce qui place le secteur de la logistique et du transport de marchandises parmi les premiers secteurs pourvoyeurs d’emplois. Et au-delà de ces différentes évolutions positives, la stratégie logistique nationale a conforté la notoriété du Maroc sur le plan régional en tant que hub logistique émergent et pôle d’expertise confirmé et en termes d’approches pionnières suivies avec intérêt sous d’autres cieux.

Quelle a été la valeur ajoutée des plateformes logistiques pour le secteur?

La stratégie logistique marocaine a comme épine dorsale la mise en place d’un réseau de plates-formes logistiques pour le groupage et le dégroupage de marchandises. Véritables centres logistiques multiservices à proximité des bassins de production et de consommation et des réseaux de transport, ces plates-formes logistiques serviront de zones pour la canalisation et la concentration des flux de marchandises. Dans ce cadre, plusieurs initiatives publiques et privées ont permis de développer une multitude de plates-formes au niveau national. Le développement de ces plates-formes logistiques favorise une gestion mutualisée des flux qui permet d’optimiser le nombre de kilomètres à parcourir pour les livraisons et de rationaliser l’utilisation des moyens de transport et donc réaliser un gain certain pour les acteurs économiques.

Des manifestations comme le salon Logismed peuvent-elles jouer un rôle dans la promotion du secteur ?

Le Salon international du transport et de la logistique pour l’Afrique et la Méditerranée «Logismed» affirme d’année en d’année son positionnement d’événement de référence et de plus grand rassemblement des professionnels du transport. Fort du dynamisme du secteur et du potentiel que représente le marché marocain et africain, ce salon poursuit sa croissance et est devenu un rendez-vous professionnel incontournable dédié au transport et à la logistique. Ce salon s’associe dans sa 7ème édition avec la 24ème édition de l‘Eurolog, événement international organisé chaque année dans un pays membre de l’Association européenne de la logistique (ELA) offrant ainsi une plate-forme d’échange qui assure une grande visibilité pour le secteur de la logistique marocain et promeut les opportunités d’investissement dans ce secteur au niveau international.

Quel bilan faites-vous des activités de l’AMDL ?

Depuis sa création, l’AMDL a lancé d’importants chantiers dans le cadre de l’amélioration de la compétitivité de chaînes logistiques du pays. Elle a, à ce titre, lancé le programme PME Logis pour la mise à niveau logistique des PME et le chantier de mise à niveau de la logistique urbaine. L’AMDL a également lancé l’initiative «Moroccan Green Logistics» pour doter le secteur logistique d’un nouveau cadre de partenariat public-privé permettant de fédérer l’ensemble des efforts dans le cadre d’une démarche cohérente et pérenne à même de maximiser la contribution du secteur logistique national aux objectifs de développement durable visés par notre pays. L’AMDL a œuvré aussi en concertation avec les parties prenantes pour doter le secteur logistique national d’un programme national de normalisation et d’un plan national de formation dans les métiers de la logistique. Avec ces chantiers et bien d’autres, l’AMDL a pu marquer de son empreinte le développement du secteur de la logistique au Maroc.

Comment évaluez-vous l’impact des investissements publics mais également privés sur la logistique?

Le secteur logistique national a connu une réelle dynamique et des efforts importants ont été fournis ayant permis de réaliser plusieurs acquis pour ce secteur et ce, à différents niveaux. En effet, d’importants investissements y ont été opérés. Rien qu’en 2016, et selon l’Observatoire marocain de la compétitivité logistique, le volume d’investissement engagé (infrastructures, transport et moyens logistiques) aussi bien par des acteurs publics que privés a atteint 32 milliards de dirhams. La part de ces investissements représente 10,4% dans la formation brute de capital fixe. En outre, le marché de la prestation logistique et du transport routier de marchandises a connu depuis 2010 une croissance moyenne annuelle de plus de 5%. Tous ces chiffres montrent bien l’apport positif de ce secteur dans l’économie nationale.

Comment accompagnez-vous la dynamique marocaine à l’étranger, notamment en Afrique et en Europe?

Le Maroc s’est attelé ces dernières années à renforcer sa coopération dynamique avec les pays du Sud, sous la conduite éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Dans ce cadre, des avancées importantes ont été réalisées en termes de coopération dans le secteur de la logistique et qui ont été couronnées par la conclusion de plusieurs accords de coopération dans le secteur de la logistique, notamment avec le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Congo. Ces accords permettront aux opérateurs marocains d’élargir leurs réseaux et de nouer des partenariats fructueux avec leurs homologues africains.

La ferme volonté du Maroc de renforcer et approfondir des partenariats et une coopération exemplaire avec les pays de l’espace euro-méditerranéen sert évidemment les intérêts des opérateurs économiques installés au Maroc et favorise leur ouverture à l’échelle continentale et internationale.

A cet égard, l’AMDL a noué des partenariats fructueux dans le domaine de la logistique avec plusieurs institutions dans cet espace telles que la BEI, le Centre d’études des transports pour la Méditerranée occidentale, Cimala qui est une société publique catalane opérant dans le développement des plates-formes logistiques.

La notoriété dont jouit aujourd’hui le Maroc sur la scène internationale dans ce secteur lui a ouvert la voie pour être le premier pays non européen à devenir membre à part entière d’ELA (European Logistics Association) à travers l’AMDL et d’avoir le privilège d’organiser au Maroc la 24ème édition de l’Eurolog 2018 qui est un évènement de dimension internationale de cette association.

Comment se présente l’année 2018 à la fois pour l’AMDL mais également pour le secteur de la logistique?

Dans le cadre de la poursuite de ses efforts pour le développement du secteur logistique au Maroc, l’AMDL prévoit en 2018 de poursuivre la mise en œuvre du programme PME Logis en partenariat avec la CGEM en faisant bénéficier les PME logistiques d’une gamme de produits leur permettant d’améliorer leur performance logistique. L’AMDL œuvrera également durant l’année 2018 à proposer un cadre réglementaire qui encadre le développement du secteur de la logistique.

En outre, et à l’issue de l’élaboration d’un programme triennal de normalisation logistique, l’AMDL mobilisera pour l’année 2018 une assistance technique pour l’opérationnalisation dudit programme à travers l’élaboration des projets de normes et d’autres documents à caractère normatif qui y sont prévus. Aussi et dans le cadre des efforts de l’AMDL pour le développement des compétences et de la formation dans les métiers logistiques, il est prévu en 2018 de concevoir un système de labellisation des filières de formation en logistique au Maroc.

L’agence poursuivra aussi ses actions en vue de la généralisation de bonnes pratiques logistiques au niveau des territoires et des entreprises et le développement volontariste et harmonieux d’un immobilier logistique adapté aux besoins actuels et futurs de l’économie nationale.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *