Morgan Stanly mise sur BMCE Bank

Morgan Stanly mise sur BMCE Bank

La confiance est, enfin, de retour à la Bourse de Casablanca. Morgan Stanly Asset Mangement, l’une des plus grandes banques américaines, a acquis 3 % du capital de la Banque marocaine du Commerce extérieur (BMCE Bank ). Cette annonce a pris de court l’ensemble des analystes et journalistes présents à la conférence de presse, du mardi 28 septembre, initialement prévue pour annoncer les résultats semestriels de la banque. Pendant le déroulement de la conférence, le président de la BMCE Bank, Othman Benjelloun, a tenu à partager personnellement la nouvelle avec l’assistance. En compagnie d’Amyn Alami, président fondateur de la banque d’affaire CFG Group, conseiller de l’opération, Othman Benjelloun, avec une joie éclairant son visage, a tenu à préciser que cette transaction consolide la confiance dans le potentiel de BMCE Bank mais aussi dans le marché financier marocain. La banque américaine a investi l’équivalent de 30 millions de dollars dans cette transaction.
En paraphrasant un auteur britannique du XVIIIe siècle qui disait : « Ce n’est pas la force mais la persévérance qui fait les grandes oeuvres », Brahim Benjelloun Touimi, administrateur directeur général de BMCE Bank, propose une légère variante de cette maxime qui dit : « Ce n’est pas la taille, mais la persévérance qui fait les grandes réalisations commerciales et financières ». Le ton est ainsi donné.
La philosophie de croissance de la banque est toute tracée. Elle est même concluante. En attestent les bons résultats semestriels. BMCE Bank a clairement maintenu le cap vers ses clients. L’accélération de la croissance du segment des particuliers, tout en augmentant de façon substantielle les parts de marché de la banque sur le créneau des MRE. La mise en oeuvre d’une approche différentiée et à forte valeur ajoutée, insufflant une nouvelle dynamique pour le marché de plus en plus concurrentiel du Corporate. La petite et moyenne entreprise, grâce à la politique plus volontariste, est désormais prévisible.
Le leadership en matière d’activité de marché est aussi consolidé. Un autre axe, et non des moindres, reste la poursuite de la restructuration du portefeuille des participations et la rationalisation des investissements et des charges.
Côté chiffres, la progression soutenue des résultats, au 30 juin 2004, est notable. Ainsi le résultat net agrégé a enregistré une hausse de +18 % de 244,6 MDH à 288,7 MDH, portant le ROE de 9,5 % à 10,4 %, soit près d’un point d’amélioration.
La croissance de 8,7 % du PNB est notamment due à la hausse très soutenue des activités du marché (+46,3 %), suite à la réalisation des plus-values sur les titres de placement et à l’évolution favorable des revenus de change et la progression des activités génératrices de commissions (+7,4 %) grâce à une contribution plus significative des activités liées aux comptes de la clientèle, au commerce extérieur et aux titres. Le total bilan poursuit sa croissance avec une hausse de près de 15 % à 62,3 milliards de DH. Le taux de couverture des créances en souffrance s’améliore au 30 juin 2004 de près de 2 points de 67,3 % à 69,2 %.
Il faut dire que la tendance depuis 2003 est bonne. La banque a réalisé en 2003 un résultat net estimé à 408 millions de DH, en hausse de 45 % par rapport à celui enregistré une année auparavant.
La BMCE a réalisé en 2003 « un des meilleurs exercices de son histoire », avec près d’un milliard de Dirhams de résultat brut d’exploitation, en progression de 14,6 % par rapport à 2002. Ce résultat est intervenu sous l’effet, notamment du recul de 3,8 % des charges générales d’exploitation.
Les capitaux propres de la BMCE, dont le PNB a atteint 2,23 milliards de DH, ont augmenté de 3,5 % pour atteindre 5,41 milliards de DH contre 5,23 milliards au titre de l’exercice 2002.
Par conséquent, le choix de Morgan Stanly Asset Mangement n’est assurément pas fortuit. Les bons fondamentaux de la banque et le fort potentiel qu’elle laisse présager suscite l’appétit des agents placeurs. L’intérêt pour la valeur BMCE Bank en profiterait, mais en général, la Bourse de Casablanca en tirerait un meilleur parti. À la veille de l’introduction en Bourse de Maroc Telecom, l’intérêt pour la BMCE Bank relance celui pour le marché boursier national, pour le plus grand bien de l’économie nationale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *