Nadir Yacoubi : Bab Al Bahr atteint sa vitesse de croisière

Nadir Yacoubi : Bab Al Bahr atteint sa vitesse de croisière

ALM : Comment évolue le projet Bab Al Bahr ?

Nadir Yacoubi : Le projet Bab Al Bahr commence à atteindre sa vitesse de croisière en termes de livraison des premières tranches et les premiers résidents se sont déjà installés il y a quelques mois. L’offre commerciale devrait suivre dans quelques semaines avec un important linéaire dédié à des activités de restauration haut de gamme, de salons de thé et de commerces de proximité. A ce titre, nous sommes enchantés que l’offre unique et prestigieuse de Bab Al Bahr réponde à une demande internationale et locale croissante, comme le démontre le vif intérêt suscité par les tranches du Front Marina, Front Fluvial ainsi que ceux de la fameuse «Cité des arts et des métiers». Bab Al Bahr est un lieu où l’on viendra vivre une «dimension expérientielle» inoubliable dans un lieu communautaire fréquenté régulièrement, de manière diurne et nocturne et dans une ambiance authentique et moderne à la fois. Il est clair que notre alliance stratégique avec notre partenaire Al Maabar d’Abu Dhabi nous a permis de créer et de proposer un projet intégré offrant des standards de vie élevés tout en faisant de Bab Al Bahr une destination de stature mondiale. 

 

Où en êtes-vous dans la commercialisation ?

En ce qui concerne la commercialisation du projet Bab Al Bahr, et après le vif succès commercial du Front Marina et Front Fluvial dont le taux de commercialisation a atteint 75%, et en réponse aux besoins d’un marché en pleine évolution, la société Bab Al Bahr Development Company a lancé tout récemment  la pré commercialisation des nouvelles tranches de la Cité des arts et des métiers, un concept intégré et unique au Maroc alliant composantes résidentielles, commerces, équipements hôteliers, galeries d’art et  espaces d’exposition, le tout incrusté dans un aménagement paysager unique. Inspirée par un style urbanistique et architectural novateur, signé par le prestigieux cabinet londonien Foster and Partners, la Cité des arts allie design contemporain et cachet arabo-andalou. Le schéma d’urbanisme de ce nouveau quartier est inspiré de l’esprit des anciennes médinas du Maroc, où les visiteurs se délectent des arômes et des senteurs, et voyagent dans le temps. Abritant une large gamme d’unités résidentielles et hôtelières de qualité, des commerces et un quartier d’affaires, le cœur de la cité sera également animé de boutiques, de musées à thème et de galeries d’art qui célèbrent l’artisanat  et le savoir-faire ancestral marocains. 

 

Comment expliquez-vous l’engouement que connaît ce projet ? 

Cet engouement qui ne se dément pas malgré la conjoncture économique un peu difficile, confirme la ligne de démarcation de notre projet qui se distingue par sa vision conceptuelle novatrice et son programme urbain très séduisant offrant l’image d’une cité autonome et ouverte à la fois sur l’histoire, l’art, le design, la culture, le monde des affaires et le shopping. Notre produit d’appel commercialisé à 1.600.000 DH a suscité un fort engouement de la part aussi bien de la catégorie des primo-accédants que de celle des investisseurs en portefeuille en quête d’opportunités de placement intéressantes.

 

Et quelles sont les facilités que vous proposez aux acquéreurs?

Nous nous inscrivons dans les standards pratiqués par le secteur en termes d’échéancier de paiement avec des versements étalés sur la période de construction et calés sur l’état d‘avancement physique réel des travaux. De plus, nous essayons de maintenir un contact très rapproché avec notre clientèle et de répondre aux sollicitations qui nous sont adressées pour apporter parfois des modifications au niveau du design intérieur quand ces dernières n‘impactent pas les délais globaux de livraison. Par ailleurs, nous sommes signataires de plusieurs conventions de financement acquéreurs avec la plupart des organismes bancaires de la place. Ce qui nous permet de proposer des «packs intégrés» à nos prospects incluant en cela des solutions de financement pouvant même aller jusqu’à 100% de la valeur du bien et à des conditions très compétitives.

 

Bab Al Bahr accueillera le premier hôtel Rotana au Maroc. Quel délai pour la finalisation de ce projet ? 

En effet, nous  escomptons lancer également, courant second semestre 2013, les travaux de construction de l’hôtel 5 étoiles Beach Rotana qui s’étendra sur une superficie de 36.600 m² et sera composé de 152 chambres et 111 appart-hôtels, soit 263 clés au total. De plus, l’hôtel comprendra divers équipements de loisirs  et une zone commerciale intégrée de plus de 4.000 m². A cet effet, un appel d’offres international pour la construction de cet équipement hôtelier en Tout Corps d’Etat (TCE) est en cours d’adjudication avec comme objectif un démarrage des travaux courant quatrième trimestre 2013. Le début de l’exploitation de cette structure par l’enseigne Rotana Hotel Management est prévu 30 mois après le lancement  des travaux. Les retombées socio-économiques d’un investissement de cette envergure  sont plus que significatives. 

Au-delà de ses retombées touristiques directes, le projet aboutira à  la  création de 475 emplois directs et stables in fine, en outre ces derniers bénéficieront d’une formation hôtelière de haut niveau grâce au centre d’expertise de Rotana Management  reconnu à travers le monde.

 

À quel rythme avance la construction de la Cité des arts ?

Il faut préciser que la Cité des arts et des métiers comprend 13 voisinages dont 2 sont dédiés exclusivement à de l’hôtellerie de luxe  et aux métiers de l’art et du design avec la première école d’art et de design au Maroc dont le montage institutionnel et financier est en cours de finalisation. Hormis l’ensemble immobilier N12-N13 comprenant 90 unités résidentielles devant être livrées courant premier et deuxième trimestres 2014, les travaux de l’ensemble des autres voisinages de la Cité des arts comprenant quelque 375 appartements de haut standing ainsi qu’une cinquantaine de commerces, avancent de manière synchrone avec un objectif de livraison courant 1er trimestre 2015 au plus tard. A ce jour, les travaux de gros œuvres ont atteint un avancement de plus de 40%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *