Nestlé : les bénéfices en hausse

Nestlé devrait annoncer mercredi une hausse de 11 % de son bénéfice net au premier semestre et les investisseurs se concentreront sur ses activités en Europe et ses marges dans un contexte d’augmentation des coûts de matières premières et l’énergie. Les 19 analystes interrogés par Reuters anticipent en moyenne un bénéfice net de 4,1 milliards de francs suisses (2,6 milliards d’euros) pour le numéro un mondial de l’alimentaire.
Le chiffre d’affaires des Etats-Unis a dépassé pour la première fois en 2005 celui de l’Europe – traditionnel bastion de Nestlé, mais la reprise économique européenne a soutenu les ventes de chocolats, de café et de produits laitiers au cours des derniers trimestres. L’Europe représente près de 30 % des ventes du groupe. Nestlé vise pour 2006 et les années suivantes une croissance organique entre 5 et 6 %, moyennant une hausse des volumes et des prix.
La marge avant intérêts, impôts et amortissement (Ebita) devrait elle aussi être améliorée à long terme. Pour le deuxième trimestre, Merrill Lynch table en revanche sur une croissance organique en recul à 5,5 %, Nestlé ayant dépassé ses objectifs entre janvier et mars en dégageant une marge de 6,7 %. Merrill explique ses estimations par une croissance ralentie dans le secteur de l’eau aux Etats-Unis au regard de la base de comparaison élevée. Au mois d’avril, le groupe avait déclaré qu’il s’attendait à une nouvelle hausse des prix des matières premières en 2006.
Les analystes vérifieront si Nestlé a pu compenser au moins partiellement ce renchérissement par une augmentation des prix. S’agissant de la marge Ebita, Merrill Lynch table sur une amélioration de 20 points de base à 13,06% car selon elle, le renchérissement des matières premières devrait l’avoir remporté sur les économies découlant de programmes d’efficacité. De son côté, Lombard Odier Darier Hentsch (LODH) prévoit une marge stable dans le métier de base du groupe qu’est l’alimentation et les boissons, sans les activités de la filiale pharmaceutique Alcon et la participation dans L’Oréal.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *