Nominations-clés à la Douane

Nominations-clés à la Douane

Depuis le 24 octobre, la plupart des postes de responsabilité de la douane ont fait peau neuve. En tout,  17 nominations sur coup. Les profils ont été choisis, rappelle la note du ministère des Finances, conformément aux résultats de l’appel à candidature aux «postes vacants», à l’ADII. Objet de notes ministérielles, respectivement du 11 juillet et du 2 septembre 2005, l’appel a été un succès souligne-t-on de source proche de la direction.
Ainsi, le nouveau responsable de la  division de la Coopération internationale s’appelle M’Hamed Atiki. Un homme qui connaît bien ce poste pour l’avoir occupé dans la deuxième moitié des années 90. Avant sa nomination, M. Atiki était chef de service à la Direction régionale du Centre.
Quant à la division de la Facilitation des Procédures et des Investissements, portefeuille dont l’ex-titulaire a opté pour le départ volontaire, elle a été briguée par Abdelouhab Aboussof.
Les régimes économiques en douane ne doivent pas avoir de secret pour cet homme qui a occupé le poste sensible de chef de service du Régime économique, notamment durant la campagne d’assainissement de 1996.
Pour sa part, Fethallah Hajar prend les commandes de la division de la Prévention, fonction la plus disputée s’il en est une et qui aurait fait le plein de demandes dans cette consultation ouverte. Bien qu’opéré par appel à candidature, ce choix a suscité des commentaires dans les rangs de certains administrés. Pourtant, M. Hajar, qui a intégré la douane dans les années 80, connaît bien l’enjeu de la prévention pour avoir travaillé pendant un quart de siècle sur les dossiers contentieux. Ses détracteurs qui défendaient pour ce poste celui qui en occupait l’intérim, un cadre cumulant 30 ans d’expérience, lui reprochent son peu d’expérience sur le terrain. Le jugement de M. Hajar se fera sans doute sur les succès futurs à remporter dans le traitement de la contrebande.  Un dossier qui concernera aussi Tanger et Nador. Ces deux circonscriptions seront respectivement dirigées par Abdallah Driche et El Arbi  Maradi. Ces deux villes du Nord sont stratégiques, constituant l’entrée principale des MRE, d’où un traitement adéquat dans les litiges, entend-on de l’intérieur de l’ADII. Par conséquent, M. Maradi à Nador et M. Driche à Tanger auront à confectionner une stratégie dans ce sens, avec la Fondation Mohammed V, active sur le terrain.
En allant à Tanger, M. Driche, jusque-là ex-ordonnateur à Rabat Salé laisse ses anciennes fonctions à Brahim Assorf. Intérimaire en attente de confirmation ?
Cette vague de nominations a bien évidemment concerné Casablanca où transitent 80% des importations marocaines. Le poste de sous-directeur régional chargé des Importations à Casa-Port, qui a fait couler beaucoup d’encre, a pour locataire Khalil Zahir. Compte tenu là aussi de l’enjeu, la nomination a suscité des commentaires. L’ex –ordonnateur à Casa-Port, connu pour être «un bon technicien», devra faire preuve de beaucoup de tact pour faire bon ménage avec les inspecteurs de la Cellule de la valeur et les agents des arrondissements.
En outre, Mohammed Bouaouda est nommé  à la circonscription de Laâyoune. Ces différents changements connaîtront leur épilogue en fin d’année avec le départ mille fois annoncé du directeur régional de Casablanca et la nomination, probable, de 3 ordonnateurs à l’aéroport Mohammed V. Les futurs responsables sur cette plate-fome névralgique devront disposer de connaissances plus étendues que le code de la douane.
Cette permutation générale des effectifs devra permettre au directeur général, Abdellatif Zaghnoun, de renforcer son assise sur l’Administration des Douanes et Impôts indirects. A suivre…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *