Nouveau plan chez KTH

Nouveau plan chez KTH

Passée plus d’une année après sa rupture avec le Groupe international Méridien, le Groupe hôtelier KTH-KTI prépare, doucement mais sûrement, sa mue.
A l’ordre du jour dès le début 2005, l’annonce de la restructuration totale dont le groupe a fait l’objet cette année. Une restructuration où le mot d’ordre n’est autre que les ressources humaines, mais aussi les procédures de travail et, surtout, le traitement réservé à la clientèle. C’est ce qu’a annoncé Mohamed Laâlej, directeur général lors d’une conférence de presse tenue vendredi dernier à l’hôtel Tour Hassan de Rabat, propriété du groupe au même titre que le Berbère Palace de Ouarzazate et Les Mérinides de Fès, tous trois des 5 étoiles.
Consacrée à l’annonce des événements organisés par le groupe pour célébrer la fin de l’année 2004 (voir encadré ci-bas), cette conférence a été également l’occasion de se saisir des nouveautés d’un groupe réputé pour la qualité de ses établissements hôteliers. Le plus parlant à cet égard n’est autre que celui de Rabat. Une raison pour laquelle le groupe a décidé d’en faire l’établissement- pilote de cette opération. « Ce choix s’explique par la dimension à la fois de Rabat, capitale politique et diplomatique du pays, et celle du Tour Hassan, un véritable joyau de l’hôtellerie nationale », a déclaré à cette occasion M. Laâlej.
La restructuration de cet hôtel englobe deux volets. D’une part, une partie de son infrastructure (une révision de la décoration et des équipements restaurants, boîte de nuit…avec création de nouveaux espaces). D’autre part, une partie de son personnel qui a bénéficié de formations continues et perfectionnement de savoir-faire. Le tout aura coûté entre 25 et 30 millions de DH. C’est dire que le groupe met le paquet. Des opérations similaires sont menées ou prévues dans les deux autres établissements du groupe. Pour sa politique commerciale et marketing, le groupe a fait appel à une agence de communication française : Select agency. Une option qui illustre les nouveaux enjeux du groupe, qui table sur la mise en valeur du savoir-faire marocain en matière d’hôtellerie, tout en accordant une grande importance à la nécessité de faire connaître les nouveaux produits et services du groupe, au Maroc comme à l’étranger. Un nouveau système d’identification visuelle verra ainsi le jour, traduisant aussi bien le renouveau que connaît le groupe sur le plan stratégique qu’une nouvelle ambition: celle d’aller au-delà de l’hôtellerie, pour embrasser des secteurs qui s’y rattachent. A commencer par la restauration et les voyages.
S’exprimant sur le divorce opéré auparavant entre la chaîne Méridien et le groupe, M. Laâlej, qui est également directeur général par intérim du Tour Hassan, est à la fois convaincu et convaincant : « Nous ne pensons pas avoir besoin d’un label international sans la houlette duquel nos performances diminueraient. Ce qu’il nous faut, c’est hisser les compétences de nos propres hommes et femmes du tourisme. Un chantier que nous menons déjà. Je pense que nous n’avons rien à envier aux autres pour réconcilier entre notre authenticité, notre empreinte nationale, et les standards internationaux en matière de tourisme que nous avons atteints ou vers lesquels nous tendons ». Pour lui, le tourisme, c’est de nos ressources humaines qu’il dépend. Voilà qui est bien de la part de celui qui ambitionne de faire de KTH-KTI un groupe locomotive à même, un jour, de gérer des hôtels en dehors même du Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *