Nouvelle aérogare pour le fret aérien

Nouvelle aérogare pour le fret aérien

Les opérateurs du fret aérien exultent. Confrontés au traditionnel problème de sous-capacité, RAM Cargo, UPS, DHL pourront bientôt bénéficier d’une plate-forme multi-modale avec un niveau d’équipement de qualité. En effet, la RAM et l’ONDA ont signé un protocole d’accord, le 20 juin courant, pour la construction d’une nouvelle aérogare fret. C’est l’aboutissement d’une démarche engagée, il y a deux ans entre les deux partenaires.
La future plate-forme d’une superficie de 30 000 mètres carrés sera construite sur un terrain appartenant à la RAM (44 000 m2) et situé dans la plate-forme Nouaceur de l’aéroport Mohammed V. 
La compagnie nationale dont le fret aérien génère 7% de son chiffre d’affaires s’est engagée à mettre ce patrimoine à la disposition de l’Office des aéroports.
Le choix du lieu découle de l’importance de l’aéroport casablancais, qui génère environ 87% du volume fret aérien du Maroc. Le projet vise à accompagner le développement de l’activité, à renforcer la vocation de plate-forme logistique de l’aéroport Mohammed V, tout en rehaussant les standards de qualité, de sécurité et de compétitivité. En tout, la nouvelle aérogare nécessitera un investissement global de 120 millions de dirhams dont 80 millions réservés au bâtiment gare-fret.  La construction sera achevée d’ici 2007. D’ici là la RAM aura remplacé son avion cargo de 12 tonnes par un Boeing de 18 tonnes.
Les initiateurs (RAM et ONDA) qui prévoient des équipements de pointe, notamment en matière de systèmes informatiques, espèrent des améliorations en termes de qualité de service et de productivité.
L’activité du fret aérien représente actuellement 0,11% des échanges en volume.
Le pôle RAM cargo arrive en tête avec 55% des parts de marché, suivi d’autres opérateurs comme Air France, DHL, UPS et un nouvel entrant depuis 2003. Il s’agit de TNT Express Maroc, filiale du groupe TNT international, quatrième opérateur mondial avec un  parc de 21 000 camions, d’une compagnie aérienne de 43 avions, d’un réseau couvrant 200 pays et de 160 000 salariés répartis dans 64 pays.  En 2004, le secteur a enregistré un volume de 55 000 tonnes, en augmentation de 7,5% par rapport à 2003. Un rythme appelé à s’accélérer d’ici l’horizon 2010 en perspective du développement des exportations marocaines et des échanges extérieurs.
A l’image des exportations maritimes et des échanges extérieurs du Maroc, le fret aérien a pour première destination l’Europe. Les nouvelles potentialités de développement sont à chercher entre l’Asie et l’Afrique, bien que la plupart des nouveaux arrivants, à l’inverse des compagnies aériennes du Golfe, cherchent d’abord un ancrage dans le vieux continent.  Le fret aérien exige un niveau de qualité optimal.
La plupart des transitaires agréés par Royal Air Maroc sont engagés dans un processus de la certification, à l’image de Transit Defazio, premier dans son domaine à décrocher la norme ISO 9001 version 2000.
Entre 2003 et 2004, quatorze transitaires étaient en lice pour ce label. Au-delà de la démarche qualité, l’objectif est de maintenir la compétitivité du secteur mis à pression avec la flambée des cours de pétrole.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *