Nouvelle étape pour le CIH

Nouvelle étape pour le CIH

C’est la première fois que Mustapha Bakkoury pose pied au siège de la Bourse des Valeurs de Casablanca. Ce ne sera pas la dernière. En prenant le contrôle du CIH, la CDG devient l’un des grands acteurs financiers de ce marché. La conférence de presse du mardi 22 novembre 2005 était destinée avant tout à expliquer les raisons de l’OPA lancée par la Caisse de Dépôt et de Gestion sur le Crédit Immobilier et Hôtelier. «Nous aurions pu attendre avant de lancer cette opération», explique M. Bakkoury en faisant allusion à une augmentation du capital prévue d’avance et aux positions connues des actionnaires de référence de la banque.
«Nous n’avons pas attendu par respect au marché financier et par l’obligation morale de permettre aux acteurs de ce marché et de donner les meilleures informations aux épargnants», poursuit le directeur général de la CDG, remerciant au passage le travail rigoureux opéré par le CDVM dans l’accompagnement de l’opération.
Pour sa part, Khalid Alioua qui, avec le nouveau président de directoire de la BVC complétait le plateau, face à un impressionnant parterre de représentants de la presse et d’analystes n’a pas caché sa satisfaction d’avoir tiré la banque qu’il préside de la nécessaire restructuration où elle était à sa nomination, le 23 juillet dernier, à une logique d’augmentation de capital aujourd’hui bien enclenchée.
L’on revient en effet de loin. En effet, «une semaine après sa nomination, soit le 30 août dernier, l’Assemblée genérale extraordinaire était réunie pour décider de la continuation ou non des activités de la banque ». Une question qui préfigure de la tâche ardue qui attendait le nouveau président : «J’ai toute de suite vu que c’était une course de 400 haies», commente-t-il. L’AGE du 30 août a donc pris les grandes décisions qui ont abouti à la situation d’aujourd’hui. A la date butoir du 31 décembre 2005, la recapitalisation attendue permettra au CIH d’être en conformité avec la loi bancaire et les statuts de la SA.
Cette recapitalisation ne pouvait se faire sans restructuration. Dans cette optique, le département des Finances souhaitait un rapprochement avec la BCP, rappelle M. Alioua. «Ce fut un de nos premiers contacts avec l’extérieur ». Mais le président Nourredine Oumary qui avait participé au redressement du CIH datant de l’année 2000, avait quelques problèmes d’ordre stratégique pour suivre la recapitalisation en cours.
L’augmentation de capital qui porte sur 1,65 milliard de dirhams ne pouvait s’appuyer seulement sur le politique. «Il fallait aussi d’un autre côté montrer que l’institution était pérenne ». D’où l’opération de recouvrement des créances, laquelle a porté ses fruits. Aujourd’hui, la banque présente un RBE dix fois supérieur à la situation de 2004 et présente des agrégats et des paramètres qui se rapprochent de plus en plus des critères de ratio moyens de la place. Pour ces opérations et pour celles attendues, le président du CIH comme le directeur général de la CDG s’est engagé sur la garantie de la transparence. Le fait que le CIH restera coté est un indice de l’engagement de l’actionnaire majoritaire à l’ouverture du capital de la banque.
Rappelons que l’OPA lancée par la CDG le 15 novembre  fait suite à la prise de contrôle du CIH après l’acquisition de la participation de la BCP (20,2%) dans ladite banque. L’opération permet à la CDG de détenir 57,5% du capital de la banque de l’habitat et de l’immobilier. Et, conformément aux dispositions de la loi sur les offres publiques et en raison du franchissement du seuil de 40%, la CDG était dans l’obligation de lancer une OPA. Celle-ci porte sur tout le capital social de la banque, à l’exception des parts détenues déjà par la CDG. En tout, ce sont 14 108 467 actions, au prix de 50 dirhams par action. Ce prix présente une prime de 15% par rapport à la valorisation du titre CIH, déterminée par des méthodes standards. L’OPA s’adresse à tous les actionnaires actuels du CIH.
Pour le reste, le chemin est balisé pour le CIH. L’OPA sera bouclée avant la fin janvier 2005. S’ensuivra ensuite, entre janvier et février 2005, une opération accordéon de réduction et d’augmentation de capital.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *