Nouvelle vision pour l’ASMEX ?

Nouvelle vision pour l’ASMEX ?

Reçus par Driss Jettou, mardi dernier, les représentants de l’ASMEX sont repartis avec le sourire. Le Premier ministre a promis d’accéder à leur requête principale, à savoir porter le budget de la promotion des exportations à  400 millions de dirhams, soit 1% du PIB. Cet argent va servir à la création d’antennes à l’étranger chargées de la promotion ainsi que de la mise en place de relais spécialisés. 
C’était l’une des revendications-phares contenues dans le rapport de l’association intitulé «Vision pour la promotion des exportations».  Il s’agit d’un document réalisé à partir d’un benchmarking sur 42 pays, un travail confié par le Premier ministre à un comité ad-hoc présidé par l’ASMEX.
Dans cette analyse présentée par le président de l’Association marocaine des exportateurs,  Abdellatif Bel Madani, l’accent est mis sur «la démarche à adopter pour une stratégie de promotion commerciale efficiente».
Objectif visé, obtenir une augmentation de 7% des exportations vers les pays ciblés, au nombre de 25. Parmi les propositions, la création d’un comité public-privé présidé par le Premier ministre, et surtout faire du ministère du Commerce extérieur le seul organe chargé de conduire la stratégie de promotion commerciale. Les opérateurs demandent, en outre, la révision du rôle des organismes chargés de la promotion et du développement de l’exportation (Centre marocain de promotion des exportations (CMPE) et la Maison de l’artisan). Et-ce le retour de l’ONIX, ce projet né d’une réflexion au niveau du CNCE et qui devait aboutir au regroupement de l’ONMT, de la Maison de l’artisanat, du CMPE et de la Direction des Investissements extérieurs.
L’idée du CNCE visait à faire une promotion de proximité, partant qu’il y avait une synergie possible à faire par exemple entre l’ONMT et la Maison de l’artisanat, qui ont des représentations à l’étranger, Mais par la suite, l’Office national de la promotion des exportateurs(ONIX) a été refusé par ces deux institutions.
Ne restait plus du projet qu’un face-à-face entre la DIE et le CMPE.
Présent à la rencontre, le ministre du Commerce Extérieur, Mustapha Méchahouri a estimé que les professionnels ont présenté des propositions concrètes. Pour sa part, le  Premier ministre, qui a rappelé l’acord conclu avec l’AMITH, milite plutôt pour une approche sectorielle de la promotion. Organisme associatif privé, créé en 1982, entre personnes physiques et morales dont le dénominateur commun est l’acte d’exporter, l’ASMEX de par son caractère transversal a une approche plutôt globale. 
L´ASMEX a pour mission de représenter et de promouvoir la fonction et le rôle des exportateurs marocains en oeuvrant à défendre leurs intérêts, à élargir leurs débouchés, les assister dans le développement de leurs compétences et promouvoir l´investissement et le partenariat multiforme avec les opérateurs étrangers .
A rappeler que les vrais instruments de promotion dont dispose le Maroc aujourd’hui sont le Centre marocain pour la promotion des exportations (CMPE), la Maison de l’artisan, l’Etablissement autonome de contrôle des exportations et l’Office national marocain du tourisme (ONMT). De tous ses organes, le CMPE, avec un budget d’à peine 50 millions de dirhams, est le seul à avoir un caractère vraiment transversal.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *