Nouvelles technologies : La douane lance «Badr» en remplacement de «Sadoc»

Nouvelles technologies : La douane lance «Badr» en
remplacement de «Sadoc»

L’administration des douanes et Impôts indirects (ADII) lancera, le 22 août, le deuxième palier du système Badr. Ce nouveau système informatique représente, explique-t-on auprès des milieux des affaires, «une phase importante dans le processus de modernisation de l’Administration des Douanes».
À partir de la semaine prochaine, c’est-à-dire une semaine avant le démarrage, l’ensemble des déclarants devrait déjà se connecter au système pour vérifier que les codes d’accès et le matériel d’accès dont ils disposent sont opérationnels. Ceci leur permettrait surtout de s’assurer qu’ils ont bien accès aux fonctionnalités dont ils ont droit.
L’objectif de cet ultime test préliminaire est de permettre aux opérateurs de se familiariser avec le nouveau système, de s’assurer que toutes les conditions sont réunies pour le démarrage.
Il est également question de simuler, le cas échéant, des opérations parallèlement au système Sadoc qui sera définitivement abandonné. «Cette mesure semble particulièrement utile car elle permettra de lever les appréhensions éventuelles de certains utilisateurs, et de susciter leur adhésion progressive à l’outil», souligne-t-on auprès de l’administration des Douanes.
Ce système vise, explique un communiqué du ministère des Finances et de la Privatisation, à assurer «une meilleure prise en charge et un meilleur suivi des opérations douanières». Il s’inscrit, rappelle la même source, dans le cadre de «la poursuite des efforts de  dématérialisation que l’ADII a entamés depuis quelques années». Le second palier complète, ainsi l’ensemble du processus de dédouanement des marchandises et s’adresse plus particulièrement aux transitaires, importateurs, exportateurs, transporteurs et exploitants de magasins et aires de dédouanement (MEAD).
Cet outil, en passe de remplacer complètement Sadoc (Système de l’Administration des Douanes et de l’Office des changes), fera entrer le dédouanement de plain-pied dans l’ère du numérique, avec une dématérialisation accrue des traitements. Ce lancement coïncidera, en effet, l’arrêt définitif du système Sadoc, confirme le communiqué du ministère des Finances. Avec Badr, les opérateurs accèderont au système douanier par Internet, directement via une adresse UR spécifique.
Par ailleurs, afin de répondre à tout besoin d’information en matière d’accès et d’utilisation de Badr, l’Administration des Douanes a mis en place, souligne-t-on auprès de cette dernière, une assistance technique basée sur une des cellules régionales qui sera coordonnée au niveau central.
Une adresse électronique a été également créée pour permettre aux opérateurs de transmettre par messagerie leurs doléances et demandes de renseignements.
Le rôle de l’assistance centrale étant de coordonner l’action des cellules régionales et de diffuser les solutions aux problèmes posés et les pratiques pour y remédier. Ainsi, et en cas de difficultés, les opérateurs économiques sont appelés à prendre contact avec la cellule de leur région. Celles-ci disposent déjà du personnel qualifié et sont dotées en matériel nécessaire pour mener à bien cette mission.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *