OBG : Des réformes structurelles sont nécessaires

OBG : Des réformes structurelles sont nécessaires

L’Oxford Business Group vient de mettre en évidence, à travers la dernière édition du Business Barometer, le potentiel d’expansion industrielle du Royaume et les réformes nécessaires pour assurer un développement social et économique à long terme.

Dans le cadre de son enquête, OBG a interrogé individuellement plus d’une centaine de hauts dirigeants d’entreprises de tous les secteurs industriels du pays afin d’évaluer le climat d’affaires au Maroc. C’est ainsi que 70% des chefs d’entreprises interrogés ont déclaré que leur entreprise était susceptible ou très susceptible de faire un investissement significatif au cours des 12 prochains mois.
L’expertise au Maroc semble être un bon facteur pour l’expansion dans d’autres marchés régionaux étant donné que 80% des interrogés étaient susceptibles ou très susceptibles de le faire.

Signalant la force du secteur privé au Maroc, environ les deux tiers des entreprises ont déclaré que moins de 20% de leurs affaires étaient stimulées par les dépenses publiques.
Les PDG ont également une vision positive quant au degré de transparence du pays, 70% des répondants le décrivent comme étant élevé ou très élevé. Cependant, bien que tout soit en général positif, cette étude démontre que l’accès au financement comme étant difficile ou très difficile comme le décrit la moitié des personnes interrogées. Mais malgré ce léger bémol, ce taux est en légère baisse par rapport aux 54% enregistrés lors du sondage d’OBG de juin 2017.

Commentant ces résultats, Jaime Pérez-Seoane de Zunzunegui, directeur éditorial d’OBG pour l’Afrique du Nord, a affirmé que cette deuxième enquête nationale confirme la «double réalité» à laquelle le Royaume fait face. «Le Maroc est sur la bonne voie d’enregistrer une solide croissance économique, estimée à 4,4 %, après la sècheresse de l’année dernière, principalement grâce à une recrudescence de l’activité agricole», a-t-il expliqué en soutenant cependant que certains défis demeurent.

«Même s’il est sur la bonne voie, le Maroc doit quand même entreprendre une série de réformes pour stimuler son industrie manufacturière, retrouver des niveaux élevés de liquidité – et donc du dynamisme financier – et assurer une croissance économique à long terme en misant sur l’éducation pour améliorer les compétences de sa main-d’œuvre», poursuit-il. Pérez-Seoane de Zunzunegui a également noté que l’enquête d’OBG reflétait la confiance des investisseurs à court terme, mais aussi le réalisme des chefs d’entreprises, conscients que des problèmes comme l’accès au financement, la compétitivité fiscale et les relations avec les fournisseurs locaux doivent prioritairement être solutionnés pour assurer la croissance du pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *