OCDE : Divergences des rythmes de croissance des grandes économies

OCDE : Divergences des rythmes de croissance des grandes économies

Les rythmes de croissance des grandes économies mondiales tendent à diverger, selon les indicateurs composites avancés pour le mois de mars, publiés lundi par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). L’OCDE explique aussi qu’«en raison des circonstances exceptionnelles auxquelles le Japon a dû faire face, il n’est pas possible, à l’heure actuelle, de présenter des estimations fiables de son indicateur composite». Les indicateurs avancés indiquent un ralentissement ou une stabilisation du rythme d’expansion dans la plupart des grandes économies de l’Union européenne mais une poursuite de l’expansion en Amérique du Nord, en Chine et en Russie. Au Canada et en Chine, les indicateurs composites avancés font apparaître une accélération du rythme d’activité.  Aux Etats-Unis, en Allemagne et en Russie, ils continuent d’annoncer une croissance conforme à la tendance. En France et au Royaume-Uni, les indicateurs composites avancés signalent une stabilisation de la croissance à un faible niveau. Les indicateurs composites avancés pour l’Italie, le Brésil et l’Inde annoncent un ralentissement de l’activité par rapport à la tendance. L’indicateur composite avancé de la zone OCDE dans son ensemble progresse ainsi de 0,2 point pour mars à 103,2 tandis que celui de la zone euro recule de 0,1 point à 103,1. Celui des pays du G7 augmente de 0,2 point à 103,6. Pour les Etats-Unis, première économie mondiale, l’indicateur, à 103,4, a avancé de 2,6 points en un mois. Pour la France, l’indicateur a reculé de deux dixièmes de point entre février et mars, à 102,1. À 105,0, l’indicateur pour l’Allemagne progresse de 0,2 point sur un mois. Parmi les grandes économies émergentes, l’indicateur pour la Chine progresse de 0,2 point à 102,3 et celui de la Russie de 0,1 point à 105,0. Seuls ceux du Brésil (98,4 et -0,5 point d’un mois sur l’autre) et de l’Inde (99,4 et -0,3 point) se situent en dessous de leur moyenne de long terme de 100.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *