OCP dévoile ses comptes consolidés à fin décembre 2016: Une rentabilité assurée

OCP dévoile ses comptes consolidés à fin décembre 2016: Une rentabilité assurée

En dépit de la baisse de son chiffre d’affaires qui a atteint 42,4 MMDH à fin décembre 2016 contre 47, 7 MMDH en 2015, la rentabilité d’OCP reste parmi les plus élevées du secteur.

C’est ce qui ressort des chiffres dévoilés jeudi par le Groupe.  Suite à une année marquée par des conditions de marché difficiles, OCP a enregistré une marge Ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) de 30% à fin 2016 contre une moyenne pour l’industrie beaucoup plus basse. Quant à l’Ebitda généré il atteint 12,7 MMDH, en baisse par rapport  à 2015 où il s’était établi à 17,6 MMDH. Ce fléchissement est impacté par la baisse du chiffre d’affaires. Pour ce qui est des flux de trésorerie opérationnels ajustés ils enregistrent 12, 1 MMDH, comparables au niveau de 2015 (12, 2 MMDH). 

Par ailleurs, les décaissements de cette année liés au programme d’investissement ont totalisé 13,2  MMDH. Toutefois, la rentabilité d’OCP a été positivement impactée par la baisse des prix des matières premières, le soufre et l’ammoniac, principaux intrants de sa production. Par ailleurs, le contexte tendu de l’année 2016 est attribué à une offre excédentaire, due à des exportations chinoises importantes bien qu’en baisse en 2016, et à la consommation de stocks constitués en 2015, ce qui a pesé sur le niveau des prix. Le management du groupe explique que «la demande mondiale est restée soutenue dans l’ensemble, avec une augmentation graduelle de la consommation des engrais stimulée par la baisse des prix et donc un pouvoir d’achat plus important pour le fermier». Selon le Groupe, cette situation explique en conséquence l’augmentation significative des volumes d’engrais à l’exportation en 2016.  Pour ce qui est de sa présence à l’international, le groupe estime que son positionnement contribue à son agilité commerciale. Ainsi, la performance d’OCP a été soutenue par une diversification géographique, avec des parts de marché importantes sur les principaux marchés, en particulier l’Afrique, l’Amérique Latine et l’Amérique du Nord. De même, les résultats ont également bénéficié de la hausse des ventes de produits de spécialité, qui ont représenté 25% des exportations d’engrais en 2016. 

Quant à l’endettement, le groupe rassure que son niveau reste à des niveaux stables d’année en année. Ainsi, «le niveau des ratios d’endettement du Groupe se situe largement en dessous de la moyenne de l’industrie, où les acteurs majeurs ont engagé de vastes plans de développement». Concernant les prévisions, l’Office précise que les prix des engrais phosphatés ont baissé de près de 23% comparé à l’année passée, mais le phosphate reste plus résilient face à la potasse et à l’urée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *