OCP récupère ses 20 milliards de dirhams de crédits TVA

OCP récupère ses 20 milliards de dirhams de crédits TVA

Paiement des arriérés des remboursements relatifs à la TVA

C’est officiel, l’Office chérifien des phosphates (OCP) va finalement récupérer les 20 milliards de dirhams de crédits TVA. Un encours qui était en souffrance depuis quelques années. Selon une source à l’Office, ces 20 milliards de dirhams constituent une véritable bouffée d’oxygène non seulement pour OCP mais pour toutes les entreprises de son écosystème. Un accord vient d’être signé entre OCP, le ministère de l’économie et des finances et les banques en vertu duquel ces dernières avanceront la somme due dans le cadre de l’opération d’affacturage lancée en début d’année. Le remboursement de la TVA a été au cœur du Conseil des ministres tenu, mercredi 10 octobre, à Rabat.

Le Souverain a demandé au ministre de l’économie et des finances des éclaircissements au sujet du paiement des arriérés des remboursements relatifs à la Taxe sur la valeur ajoutée. Mohamed Benchaâboun a dans ce sens confirmé le démarrage d’une opération de règlement immédiat de ces dettes au profit des entreprises du secteur privé et public en partenariat avec le secteur bancaire. L’impact financier de cette opération sur le budget de l’Etat sera, quant à lui, échelonné sur les dix prochaines années.

Le Conseil des ministres, qui a été consacré à la présentation des orientations générales du projet de loi de Finances 2019 était également une occasion pour s’interroger sur les mesures envisagées pour faire sortir les établissements et entreprises publics de leurs difficultés financières. Le ministre de l’économie et des finances a proposé au Souverain l’adoption d’un plan d’action visant la restructuration de certains établissements et entreprises publics. Ceci devrait passer par la révision du statut des filiales et des actifs qui ne sont pas directement liés avec l’objet principal desdits établissements et entreprises.

A cela s’ajoute également la rationalisation de leurs dépenses et ce dans le cadre de contrats programmes avec l’Etat. Notons que le Souverain a bien voulu donner ses Hautes orientations pour examiner ces propositions et mesures de manière à permettre au secteur public de consolider ses capacités d’investissement et jouer ses rôles stratégiques et à contribuer à la dynamique de l’économie nationale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *