Offshoring : la CDG s’allie à EDS France

Offshoring : la CDG s’allie à EDS France

La Caisse de dépôt et de gestion (CDG) vient de s’allier au groupe EDS France pour la mise en place d’un centre de services offshore. Une convention de partenariat pour la création d’une joint-venture maroco-française a été signée, mercredi dernier, sous la présidence du Premier ministre Driss Jettou, par Mustapha Bakkouri, directeur général de la CDG, et Tom Haubenstricker, directeur financier d’EDS pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient. Basé à Rabat, ce centre spécialisé dans les métiers de l’offshoring verra le jour prochainement et permettra la création en trois ans de quelque 700 emplois.
Selon les termes de cette convention, cette joint-venture sera détenue à hauteur de 51 % par EDS France et 49 % par la CDG et son financement sera soutenu conjointement par les deux sociétés proportionnellement à leurs actions. Cette entité sera dirigée par EDS France, la CDG ayant une représentation au conseil d’administration.
Le directeur financier de EDS France a annoncé que cette convention permettra «la création d’une société de services informatiques entre la CDG et EDS France en vue de développer, dans un premier temps, ce genre de prestations tant en applicatifs qu’en infrastructures».
EDS France emploie 3 535 experts et consultants et a réalisé en 2005, un chiffre d’affaires de 425 millions d’euros. Cette entreprise gère 160.000 postes de travail et terminaux, administre 5 000 serveurs et offre ses services à plus de 20.000 utilisateurs de progiciels intégrés.
En effet, cette convention s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement des métiers de l’offshoring au Maroc. «Cette convention s’inscrit dans le cadre de la stratégie gouvernementale visant le développement de nouvelles activités telle la délocalisation des services. Le partenariat établi entre la CDG et le groupe EDS est de nature à drainer les flux d’investissements dans le secteur de l’informatique», indique Salaheddine Mezouar, ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie, dans une déclaration relayée par l’agence de presse MAP.
Quatre zones dédiées à l’offshoring (CasaShore, Rabat Technopolis, TangerShore et MarrakechShore), exonération de l’IS (impôt sur les sociétés), régime administratif allégé, prime aux pionniers, guichet unique sur zone,… L’offre marocaine en la matière veut séduire le plus d’investisseurs.
Cap Gemini, Tata, Atos Origine, GSI International, BNP ont déjà choisi le Maroc pour y implanter des centres d’offshoring.

EDS en bref

Le groupe EDS, présent dans 57 pays, compte plus de 117.643 cadres à travers le monde. Au niveau mondial, il a réalisé en 2005 un chiffre d’affaires de 19,8 milliards de dollars.  Créé en 1985, le groupe s’est fixé comme objectif principal de « garantir la réactivité et la compétitivité des entreprises par des systèmes d’information toujours plus performants et plus innovants ». EDS gère plus de 65 000 serveurs dans 108 centres de traitement et administre plus de 3 millions de postes de travail dans le monde. Ce groupe prend en charge plus de 2,5 milliards de lignes de codes et plus d’un million d’applications.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *