Offshoring : une zone pour Casablanca

Offshoring : une zone pour Casablanca

1,8 milliard DH. C’est le budget global d’aménagement de la première plate-forme d’offshoring qui sera inaugurée en grandes pompes par SM le Roi Mohammed VI dans les jours qui viennent. Situé à Casablanca sur la route de Marrakech, non loin de l’ISCAE, le site choisi à cet effet, d’une superficie totale de 55 ha, sera géré par une instance spécifique baptisée Casablanca Near Shore Park. Les travaux de construction et d’implantation des différentes sociétés dans cette zone franche démarreront en janvier 2006 alors que la livraison des locaux débutera à partir de juillet 2007. Pour préparer ce lancement officiel, une réunion a eu lieu la semaine dernière au siège de la Primature, réunissant les différents acteurs, Premier ministre Driss Jettou et ministre de l’Industrie,
du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie, Salaheddine Mezouar, à leur tête. Une réunion qui a discuté des détails de cet événement. «Ce serait la première plate-forme offshoring, activité fondamentale dans le cadre du plan Emergence de relance de l’industrie marocaine. Son importance est considérable vu le nombre d’investissements étrangers qu’elle est appelée à attirer en plus des emplois à créer et qui se situeront à l’horizon 2010 entre 30.000 et 35.000», explique Hamid Benlafdil, directeur du Centre régional d’investissement de Casablanca. Les activités de Casablanca Near Shore Park seront dirigées vers deux sens. La zone franche sera d’abord tournée vers les activités de délocalisation en site propre d’activité de services. A citer dans ce sens, comme exemple, la tenue des différentes comptabilités, segment sur lequel le Maroc offre de grands potentiels, grâce notamment aux normes comptables IFRS applicables dans notre pays. Dans ce registre, quatre grandes entreprises européennes, notamment françaises, ont officiellement confirmé leur intention d’externaliser la gestion de quelques-uns de leurs services internes. Mais de nombreuses autres entreprises ont déjà été démarchées par les responsables. La discrétion qui entoure ces démarches est expliquée de la part des différents responsables par la rude concurrence qui existe sur le plan international entre les pays qui offrent déjà leurs services d’offshoring. La crainte des entreprises démarchées de voir monter les mouvements syndicaux de protestation opposés à la vague de délocalisation, les pousse également de demander le secret quant au déroulement des différentes négociations d’externalisation vers un pays tiers de leurs services. Le second type d’activité vers lequel seront tournées les activités de Casablanca Near Shore Park est l’out-sourcing, notamment en matière de développement des services informatiques. A ce niveau également, de grands opérateurs mondiaux ont déjà formulé leur intérêt de s’implanter dans cette nouvelle structure. L’aménagement et l’ouverture de zones franches font partie, signalons le, du plan Emergence mis en place par le département du commerce et de l’industrie sur la base de l’étude Mc Kinsey élaborée pour évaluer le potentiel industriel national. En plus du offshoring, de nombreux secteurs économiques sont concernés par la création de zones franches, notamment l’aéronautique, l’électronique et l’agro-alimentaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *