Olivier : L’objectif est d’atteindre 1,2 million ha à l’horizon 2020

Olivier : L’objectif est d’atteindre 1,2 million ha à l’horizon 2020

Plus d’un million d’hectares plantés en 2016

L’olivier qui constitue la principale filière fruitière cultivée au Maroc représente plus de 65% de la sole arboricole nationale, concernant plus de 450.000 exploitations.

C’est en effet un record, les superficies plantées en olivier sont passées de 773.000 ha en 2009 à plus d’un million d’hectares en 2016, soit une progression de l’ordre de 31%. C’est ce qu’affirme Mohamed Sadiki, secrétaire général du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, lors d’une intervention lue en son nom à l’issue du 5è Forum international de l’agropôle olivier tenu à Meknès, sous le thème «L’olivier et l’huile d’olive : Quelles perspectives pour l’innovation technologique, l’énergie renouvelable et le développement durable?». En effet, «le niveau de la production réalisé a connu une augmentation soutenue pour atteindre le record de 1.570.000 t en 2013-2014 jamais atteint auparavant», explique la même source. Avant d’estimer que même «les quantités exportées ont connu une amélioration sensible tant pour l’huile d’olive que pour les olives de table grâce notamment au contrat-programme conclu entre le gouvernement et la Fédération interprofessionnelle marocaine de l’Olive (Interprolive) pour le développement de la filière oléicole.

Cette dernière a fixé comme objectifs d’atteindre à l’horizon 2020 une superficie de 1,2 million ha assurant une production d’olives moyenne de 2,5 millions t, une exportation de l’ordre de 120.000 t en huiles d’olives et 150.000 t en olives de table». Il est à noter que l’investissement global pour la mise en œuvre dudit contrat était de l’ordre de 29,5 milliards DH, dont près de 7 milliards DH comme soutien de l’Etat. En effet, l’olivier qui constitue la principale filière fruitière cultivée au Maroc représente plus de 65% de la sole arboricole nationale, concernant plus de 450.000 exploitations et générant près de 47 millions de journées de travail par an, soit l’équivalent de 190.000 emplois permanents. Pour M. Sadiki, «il contribue à la satisfaction de 20% des besoins du pays en huiles alimentaires et permet au Royaume d’occuper une place de choix au niveau du marché international grâce aux exportations d’olive de table et d’huile d’olive, soit l’équivalent de 1,5 milliard DH/an».

Changement climatique et olivier

Le secrétaire général précise que «la question du développement durable et des énergies recouvrables a été placée au centre des préoccupations du Plan Maroc Vert et a été abordée par l’adoption de plusieurs mesures opérationnelles dans le cadre d’une approche participative portant notamment sur la réalisation de projets agricoles solidaires inclusifs intégrant obligatoirement des mesures d’adaptation aux changements climatiques et de protection de l’environnement». Selon lui, les nouvelles lois environnementales et de sécurité sanitaire alimentaire en vigueur au Maroc imposent à la filière oléicole marocaine d’adopter des principes nouveaux et des technologies novatrices à impact environnemental réduit. Pour faire face à ces changements, la filière oléicole est appelée plus que jamais à accélérer son intégration à l’économie mondiale en œuvrant à l’amélioration continue et soutenue de sa compétitivité, a-t-il relevé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *