On continue à noyer le poisson

Saïd Chbaâtou, ministre des Pêches Maritimes ne pouvait pas trouver meilleure occasion que les Assises du Conseil Supérieur de la Pêche dont le coup d’envoi a été donné mardi 28 mai, pour dévoiler les chiffres officiels de la production halieutique.
En 2001, elle a atteint un niveau record de 1,12 million de tonnes de poissons en progression de 22 % par rapport à 1999, pour une valeur de 8,24 milliards de DH. C’est la première fois que la production halieutique nationale s’élève à un million de tonnes », pour reprendre ses propos.
En détail, les exportations de poisson destinées aux marchés européen et asiatique se sont élevées à 6,18 milliards de DH. Côte investissements, ils ont dépassé la barre des 412 millions de DH. Toutefois, la hausse de la production ne s’est pas traduite par une hausse de la consommation nationale. Celle-ci est située autour de 9 kg de poisson par habitant et par an. Ce qui est en deçà de la consommation des pays similaires. La faiblesse de la consommation intérieure n’a pas empêché M. Chbaâtou a défendre la politique gouvernementale dans le domaine de la pêche initiée depuis 1999.
A en juger par ses propos, cette stratégie s’est traduite par la hausse aussi bien de la production, de la consommation intérieure que de la valeur des exportations. Une manière de justifier la décision du Maroc de procéder à la sauvegarde et à la rationalisation de l’exploitation du patrimoine halieutique. Rappelons que le gouvernement a décidé de mettre fin en 2001 à l’exploitation des ressources halieutiques par la flotte européenne particulièrement espagnole. Il n’a pas accepté de renouveler l’accord de pêche qui le liait depuis plusieurs années à l’Union Européenne.
L’accord en question donnait la possibilité à 600 bateaux européens, dont la grande partie est espagnole d’exploiter les ressources halieutiques au large des côtes marocaines. En contrepartie, une enveloppe de plus d’un milliard de DH a été accordée annuellement par l’Union Européenne. Conséquence : les importations espagnoles des produits marocains de pêche ont progressé de 80% durant les exercices 2000 et 2001, selon les statistiques communiquées par le Secrétariat d’Etat espagnol au Commerce.
Ce département indique dans sa dernière note que l’Espagne a acheté pour 2,98 milliards de DH de poisson marocain en 2000 et pour 3,47 milliards de DH en 2001 contre 1,92 milliards de en 1999. Toujours selon le même département, que le poisson vient derrière le textile dans les importations espagnoles du Maroc.
Si la production halieutique a enregistré une hausse, le secteur est loin d’être en bonne santé. Le Maroc a plus que jamais besoin d’une politique de gouvernance du patrimoine halieutique. Les performances de la profession sont loin d’atteindre des niveaux records. De même que la consommation intérieure reste en dessous du potentiel qu représente le marché.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *