ONCF : De nouveaux trains en 2006

ONCF : De nouveaux trains en 2006

ALM : L’ONCF vient d’annoncer la réalisation d’un résultat net positif de 411 millions de Dhs en 2004.
A quelles fins seront destinés ces bénéfices ?
Rabie Khlie : D’abord, il s’agit de souligner les bonnes performances de l’Office qui se sont inscrites dans une logique de développement durable soutenue par une croissance à deux chiffres de ses principaux marchés stratégiques. Les indicateurs-clés enregistrés au terme de l’exercice 2004 montrent un chiffre d’affaires en augmentation de 12,5% établi à 2,3 milliards DH, première progression à deux chiffres. Aussi, signalons les records de trafic générés dans le transport des voyageurs avec un volume de 18,54 millions de passagers correspondant à une croissance de 12,3%, deuxième progression à deux chiffres, et le record absolu du transport des phosphates avec un volume de 25,3 millions de tonnes, frôlant, là aussi, la progression à deux chiffres (9,8%). Pour répondre à votre question, vous n’êtes pas sans savoir que la réforme des entreprises publiques au Maroc, fondée sur des contrats-programmes de restructuration ou de développement,  est basée sur la capacité de ces dernières à accroître leur potentiel d’autofinancement. En règle générale, ces bénéfices sont destinés à améliorer la part des engagements en fonds propres dans les projets de développement de l’entreprise.

Concrètement, quelle sera votre stratégie pour atteindre les objectifs de votre plan 2010, qui ambitionne notamment le transport de 30 millions de passagers et 10 millions de tonnes de fret ?
Avant de décliner les principales composantes de notre stratégie 2010, je voudrais compléter les objectifs à cet horizon, notamment le fret où souvent le principal marché stratégique de l’Office, en l’occurrence, le phosphate, semble être oublié. Ce dernier marché, représentant une part actuelle de 50% de nos revenus, et qui vient de franchir le cap des 25 millions de tonnes en 2004, est appelé à se renforcer, compte tenu des conjonctures économiques nationale et internationale. Pour le fret divers (hors phosphate), l’activité se situe actuellement dans une courbe ascendante pour passer de 7,5 millions de tonnes à 10 millions de tonnes à l’horizon 2010.  Quant au transport des voyageurs, le cap des 30 millions sera très probablement atteint, voire dépassé, en considération du rythme d’accroissement de la demande additionnelle qui est de l’ordre de 2 millions de voyageurs supplémentaires, chaque année. Ces objectifs sont confortés par les orientations de la stratégie commerciale ciblant une offre diversifiée et adaptée des produits aux segments du marché, l’optimisation des plans de transport spécialisant les différents types de trafic, la refonte et la modulation tarifaires. Sans oublier, bien entendu, l’amélioration des infrastructures de transport  aptes à réduire les temps de parcours sur les lignes les plus sollicitées.

Il semblerait aussi que l’ONCF veuille dynamiser l’axe Casa-Fès avec notamment un train toutes les deux heures. Qu’en est-il de cela et à quelle échéance ?
Comme je viens de le dire, le nouveau plan de transport, qui entre en vigueur à partir du 20 juin de cette année,  met l’accent, dans les nouveautés introduites, sur l’idée force «Nouvelles fréquences, meilleur confort». En particulier, la grille des horaires sur la ligne Casa-Fès a été repensée pour offrir une cadence de circulation d’un départ toutes les deux heures dans la plage horaire entre 6h et 22 heures. Mais ce n’est guère là la seule nouveauté de taille introduite dans le plan de transport été 2005. Aussi, la grille des horaires des TNR  offre des dessertes couvrant la totalité des départs et arrivées de l’aéroport international Mohammed V. Et les correspondances sur Rabat s’effectueront en moins de 6 minutes. En outre, un TNR supplémentaire sera mis en circulation, à partir de Casablanca-port à 21h30. Je  souligne que l’ensemble de ces nouvelles mesures découlent des conclusions de l’enquête de satisfaction réalisée en mars 2005.

Ne pensez-vous pas que l’axe Rabat-Casa mérite plus d’attention, et en particulier pour ce qui est du renouvellement (tant attendu) des rames ?
En effet, en attendant la réception de nouvelles voitures à voyageurs à deux étages, nos établissements de production et de maintenance industrielle du matériel roulant  sont sur le point de livrer 41 voitures à voyageurs qui seront transformées, à l’image des voitures coach (à couloir central), très appréciées par nos clients. Ces voitures sillonneront le réseau, et principalement l’axe Casablanca-Rabat, dès le lancement du nouveau plan de transport, c’est à dire à partir de 20 du mois de juin courant. Parallèlement, des travaux importants sont engagés depuis plusieurs mois sur cet axe et concernent la mise à niveau des gares ferroviaires, la réhabilitation des installations de signalisation, la transformation des passages à niveau en ouvrages sécurisés, le renouvellement de la voie ferrée, la modernisation des installations fixes d’énergie comprenant la construction de nouvelles sous-stations d’alimentation électrique et la réhabilitation des caténaires. La sécurité des voyageurs sera, également, renforcée, avec la construction de murs de clôture.

Justement, l’enquête de satisfaction clients a révélé un taux global de satisfaction de près de 70%. Comment comptez-vous exploiter ces données pour améliorer les prestations de l’ONCF ?
Cette enquête a intéressé un échantillon de 2400 personnes et témoigne d’une réelle volonté de transparence et d’écoute que l’ONCF est résolu à renouveler, au moins deux fois par an, dans le souci d’améliorer constamment ses prestations au bénéfice de ses usagers. Les points positifs qui se dégagent des conclusions de cette étude montrent une perception favorable des clients du train, essentiellement liée au sentiment de sécurité rassurant 82% de nos usagers, au comportement apprécié des contrôleurs à bord (89%), à la grande satisfaction vis-à-vis de l’action de modernisation des gares (77%), à l’information visuelle (84%) et à la propreté des gares (77%). Mais ce qu’il faut retenir, c’est que le taux global de satisfaction, toutes prestations confondues, est assez appréciable en indiquant près de 70%. Un taux, par ailleurs, respectable, en vigueur d’ailleurs dans bon nombre de  réseaux étrangers.
Bien sûr, au chapitre des insuffisances, la ponctualité reste encore à améliorer bien que les taux de ponctualité enregistrés, jusqu’à fin mai 2005, tournent en moyenne autour de 90%, un score en nette amélioration comparé à la même période de l’année précédente. Sur ce point, je voudrais renouveler les deux engagements fermes que nous venons de prendre sur ce volet : atteindre une moyenne de 9 trains sur 10 à l’heure, ce qui situerait l’Office au même niveau que les opérateurs européens d’une part, et tenir informée notre clientèle de l’évolution de ce taux par voie de presse et d’affichage dans les gares, d’autre part. D’autres points méritent aussi d’être améliorées, comme la propreté et l’information sonore à bord des trains. Conscients de ces problèmes, notre entreprise a déjà initié deux projets, à savoir l’annonce numérisée et déclenchée par GPS dont le premier prototype est opérationnel sur l’aéroport, d’une part et la modernisation en cours des équipements sanitaires, d’autre part.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *