ONCF : Une année de consolidation

L’Office national des chemins de fer (ONCF) semble plus que jamais sur de bons rails. En témoigne le conseil d’administration tenu par l’Office vendredi dernier à Rabat. Ce qui en ressort, c’est surtout l’esprit de rupture par rapport aux pratiques du passé. Un esprit qui porte, depuis déjà trois ans, ses fruits. Le résultat net de l’ONCF s’est élevé pour l’exercice 2002 à 370 millions de DH contre 283,8 millions DH en 2001. Soit une amélioration de plus de 36%. L’autofinancement a atteint 843,4  millions DH, ce qui représente une amélioration de 118,6 millions DH par rapport à l’année précédente.  L’accroissement du nombre de passagers a été de l’ordre de 8,2%.
L’année 2003, qui s’inscrit dans le cadre du programme Etat/ONCF 2002/2005, sera pour l’Office l’année de la consolidation des acquis et du développement, notamment en matière de qualité des prestations.
La nouvelle orientation de l’Office va désormais vers le client.
L’ONCF lance à cet égard un nouveau plan de transport à partir du 30 juin prochain. Un dispositif visant l’amélioration à la fois du temps de parcours et du confort. Après avoir instauré des navettes à intervalle régulier d’une demi-heure entre Casablanca et Rabat, l’Office se tourne vers Fès et Marrakech. Ces deux destinations connaîtront la mise en place de trains rapides avec une cadence de départ toutes les deux heures.
Tanger fera également l’objet d’une desserte par un train toutes les trois heures, soit par des liaisons directes, soit par un système de navettes Tanger-Sidi Kacem, synchronisé avec l’arrivée des trains en provenance de Casablanca et de Fès. Une amélioration du temps d’attente, qui ne dépasserait plus les 10 minutes, sera au rendez-vous. Les villes de Taza et de Safi se verront également desservies par un train supplémentaire chacune avec de meilleures correspondances. La cadence de 30 minutes sera maintenue entre Casablanca et Rabat, avec , élément nouveau, un intervalle de 15 minutes entre  6h00 et 7h00. L’Office a également décidé de réaménager des voitures 1ère et 2ème classe afin de mieux répondre aux attentes de ses clients. Fait non moins important, les toilettes de tous les trains seraient remplacées par des toilettes à aspirateurs, à l’image de celles des avions. Le montant de cet investissement est de 30 millions de DH. Les actions stratégiques de l’ONCF suivent leur cours. Exemple : l’acquisition, à fin 2005, de 18 trains à deux niveaux, suite à l’appel d’offres lancé en 2002 et remporté par l’italien Ansaldo Breda pour un investissement total de 1,55 milliard de DH. La nouvelle gare de Tanger sera mise en service  fin juillet prochain, avec une liaison entre Tanger-ville et le port Tanger-Méditerranée.  
Après la logique de restructuration qui a prévalu les trois dernières années, l’ONCF se trouve désormais face à une double exigence. S’adapter aux nouvelles donnes du marché, de plus en plus concurrentiel et marqué par un processus de privatisation en cours de l’ONCF et renforcer la cohésion interne au sein de l’Office. Un projet d’entreprise est né. Il est traduit par une vision 2003-2010, conçue sur la base de plusieurs enquêtes menées récemment. Elles portent notamment sur la définition d’une stratégie commerciale dont les projets précités, déjà réalisés comme en cours, sont le résultat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *