Ondumar réussit sa mise à niveau

Après la pluie, le beau temps. Ondumar, la société spécialisée dans la fabrication de carton ondulé illustre parfaitement la situation. Cette filiale du groupe Finapack, contrôlé à 55% par la holding Kadiria, le reste étant détenu conjointement par Wafa Investiss-ement, la Banque européenne de développement (BEI) et Dar Al Mal Al Islami à travers Faiçal Finance, sombrait pendant des années dans des difficultés tant financières qu’organisationnelles.
Au bout de trois ans, elle a pu outre surmonter ses problèmes, afficher une santé financière irréprochable. Elle a même pu décrocher le trophée du Prix national de la qualité pour la catégorie « grandes entreprises » au titre de l’édition 2001. Le prix lui a été décerné, il y a quelques semaines conjointement par le ministère du Commerce et de l’Industrie et l’UMAQ (Union marocaine pour la qualité). «Cette récompense encourage la voie déjà empruntée par notre société en matière de qualité et de système de management par la qualité», annonce Hassan Jiouad, directeur général d’Ondumar.
Pour situer la voie à laquelle M. Jiouad fait allusion, il est impératif de revenir un peu en arrière et rappeler l’historique de la société de cartonnerie, créée en 1970.
Ondumar a été complètement détruite après l’incendie de 1980, date à laquelle cette entité faisait toujours partie du patrimoine de la famille Jamal Ed-dine. Ce n’est qu’en juin 1998 qu’elle fut rachetée par la famille Kadiri, donnant naissance à côté de Carsud, opérateur du domaine implanté à la ville d’Agadir, au groupe Finapack.
Changement de cap. Tout était à revoir dans la stratégie de l’entreprise. «S’engager dans un programme de mise à niveau était inévitable», assure M.Jiouad. La société a profité dès 1998 d’un plan d’investissement de plus de 55 millions de DH dédiés au rachat du matériel et à la mise à niveau technologique et informatique. En 2002, il est prévu d’investir 15 millions de dirhams supplémentaires dédiés au même objectif.
Aujourd’hui, Ondumar emploie 230 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 200 millions de dirhams. En pariant sur le développement de ses ressources humaines et la modernisation de son matériel, elle espère le doubler dans les années à venir.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *