ONEE : Un financement de 54 millions d’euros

ONEE : Un financement de 54 millions d’euros

Nouvelles conventions pour l’Office national de l’eau et de l’électricité 

Selon Ségolène Royal, cette COP a été celle de la détermination, de l’irréversibilité, de l’espérance, parce qu’on sait maintenant que les choses ont été prises en main par les forces vives, par les entreprises, par les territoires, par les villes, par les citoyens».

Dans le cadre du Programme national d’assainissement et d’un cofinancement initié il y a 5 ans, l’Agence française de développement (AFD) et la Kreditanstalt Für Wiederaufbau (KfW) ont réitéré leur appui à l’ONEE. Les montants de ces prêts sont de 54 M€, dont 34 M€ accordés par l’AFD et 20 M€ par la KfW. Ces prêts seront prochainement complétés par le concours de bailleurs de fonds tels que la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Union européenne UE). La part du Maroc est de 50%, ce financement est relatif aux infrastructures. Celle-ci permettra de développer les réseaux d’assainissement. il s’agit également de construire des stations d’épuration conformes aux normes nationales dans une quarantaine de villes de petite et moyenne tailles dans le pays.

  Des partenariats stratégiques

Selon Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, «la montée en puissance des énergies renouvelables dans le système électrique national nécessite la mobilisation de moyens flexibles de production pour faire face à leur intermittence. Le développement de centrale à cycle combiné fonctionnant au gaz naturel se positionne aujourd’hui comme l’un des moyens les plus appropriés pour faire face aux intermittences gérées par les énergies renouvelables. La feuille de route de développement du gaz naturel comporte un terminal gazier à réaliser à Jorf Lasfar et prévoit les capacités additionnelles de centrale à cycle combiné fonctionnant au gaz naturel d’une capacité de 400 mégawatts entre 2020 et 2030». Pour ce qui est des interconnexions électriques, le Maroc a entamé avec ses voisins des partenariats dans ce sens selon le ministre, comme le Portugal 1.000 mégawatts, l’Espagne 500 mégawatts et bientôt la Mauritanie. Concernant la production des réseaux intelligents smart villes, un autre levier pour accompagner la montée en puissance des énergies renouvelables, Moulay Hafid Elalamy a annoncé qu’une étude de faisabilité est en cours de réalisation.  Pour  Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement, «l’AFD assure depuis cinq ans le rôle de chef de file des bailleurs de fonds de ce cofinancement européen. Pour le Maroc, l’assainissement des eaux usées est une démarche clé d’adaptation au changement climatique et c’est pourquoi la signature de ces accords de financement lors de la COP22 de Marrakech prend tout son sens».    Rupert Joy, ambassadeur de l’Union européenne, a quant à lui souligné l’importance du partenariat entre l’Union européenne et le Maroc dans le secteur de l’assainissement pour lequel le support de l’UE a atteint les 100 millions d’euros sous forme de dons au cours des 10 dernières années.   

Le leadership marocain salué

Présente lors de la cérémonie de signature des conventions entre l’ONEE et les bailleurs de fonds, la présidente de la COP21 et ministre de l’environnement française, Ségolène Royal, a mis en avant la volonté du Maroc de réaliser l’interconnexion électrique et les grands projets du Maroc en matière d’énergies renouvelables qui sont, selon la ministre, une vision du futur. Pour ce qui est du déroulement de la Conférence des parties, Ségolène Royal l’a décrite comme une «extraordinaire réussite pour le Maroc». Et d’ajouter qu’«il y a quelques jours nous avons entendu des déclarations septico-climatiques. Ces déclarations ont donné l’effet inverse, ce financement est un élan supplémentaire à la COP du Maroc». Et de poursuivre que «cette COP a été extraordinairement bien organisée».

«J’ai vu le travail, le sérieux et l’engagement des équipes, cette COP a été celle de la détermination, de l’irréversibilité, de l’espérance, parce qu’on sait maintenant que les choses ont été prises en main par les forces vives, par les entreprises, par les territoires, par les villes, par les citoyens». Et de conclure: «Je voudrais féliciter le Maroc pour ce leadership en matière d’énergie renouvelable».  Sur les prochains projets de l’ONEE et l’importance de ces partenariats, le directeur de l’ONEE confie : «Pour le Maroc le retour est très important, la convention pour l’assainissement permet de rendre plus propre notre pays dans le cadre de la politique du développement durable, nous avons plusieurs stations d’épuration auxquelles s’ajoutent 23 projets à l’échelle nationale. la participation du Maroc en matière d’électrification rurale est une grande réussite, les fonds financent les projets à condition que des garanties techniques soient données par le Maroc. En matière d’efficacité énergétique, chaque kilowatt qui n’est pas consommé a un impact sur l’environnement et c’est justement pour éviter cette énergie perdue qu’on est mobilisé aujourd’hui».

Leila Ouchagour

(Journaliste stagiaire)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *