ONMT : Azzouzi fait cavalier seul

ONMT : Azzouzi fait cavalier seul

Le mois de septembre s’annonce tendu à l’Office marocain du tourisme. Réglages énergiques, arrivées en catimini, départs à la hâte, réajustements soudains. La direction des marchés a été rattachée à la direction générale. Une affaire réglée en même temps que la relégation du responsable du département chargé de la Communication, affecté dans un autre pole,  et d’une fracassante démission à la comptabilité générale.
Une démission dont tout le monde parle, mais qui laisse de marbre le directeur général, resté injoignable malgré plusieurs tentatives. Ces réajustements sont abondamment commentés dans les couloirs de l’ONMT où l’on croit savoir que les Finances auraient opposé leur veto contre certaines nominations. Cas notamment  du  salaire du directeur des marchés (environ 30 000 dirhams). Etc.
Mais c’est surtout la refonte du statut du personnel qui divise les syndicats et la  direction. La réunion consacrée à ce sujet, tenue le premier septembre, s’est tenue sans les délégués syndicaux ni le ministère des Finances, resté sourd aux sollicitations réitérées de Abbès Azzouzi, lequel cherche un soutien de poids face à une grogne de plus en plus perceptible.
Les trois organisations représentées à l’ONMT, à savoir  l’UGTM, la CDT et la FDT dénoncent leur exclusion à l’élaboration du projet. Pourtant«la consultation des syndicats pour toute action relative à la modification des statuts du personnel est instituée par la réglementation en vigueur», tempête le communiqué syndical émis à l’occasion.
Le bras de fer  dure depuis le 22 fèvrier 2005 lorsqu’un premier communiqué des trois syndicats représentatifs de l’institution réaffirmait son attention au corps de la fonction publique tout en mettant en garde la direction générale contre toute décision arbitraire. Réponse de celle-ci, exprimée formellement le 18 mars dernier lors d’une réunion avec l’ensemble du personnel : «on ne touche pas au statut du personnel». Ce qui n’empêche pas le directeur général, Abbès Azzouzi, dans une lettre adressée au ministère des Finances, de solliciter celui-ci pour participer au comité de pilotage consacré à l’élaboration du statut du personnel de l’ONMT.
Informés, les syndicats demandent de participer aux réunions de travail sur le statut tout en se disant ouvert pour un amendement du statut et non pour une refonte totale. Des considérations qui n’émeuvent pas outre part le directeur général. Un appel d’offres a été lancé (en fait depuis janvier 2005) pour «l’élaboration d’un plan d’action des ressources humaines et de la formation».
Le cabinet Capital Consulting a été mandaté en mars pour mener cette mission. Les objectifs visés par la direction générale à travers cette refonte sont de quatre : réorienter l’Office vers la «compétence», mettre en place un reférentiel des compétences et des métiers, appliquer un système d’évaluation du personnel et déterminer un plan de formation. Des arguments présentés au ministère des Finances, solliciter pour faciliter la réforme. Mais en vain. Outre ces complications, Abbès Azzouzi doit faire face à un autre refus du ministère des Finances : le relèvement du budget de l’Office.
La demande portait sur 442 millions de dirhams. Un vœu qui ne sera pas exaucé du moins pour la prochaine loi des Finances. Le budget restera au niveau de 350 millions de dirhams. Certains marchés comme l’Europe de l’Est en payeront les pots cassés.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *