Onyx nettoie Rabat-Hassan

À l’issue d’un appel d’offres international, la société CGSP-Onyx, filiale de Vivendi Environnement, a signé le 28 février dernier avec la Commune Urbaine de Rabat-Hassan un contrat de gestion déléguée des services publics de propreté pour une période de six ans. C’est le second contrat signé par l’entreprise avec une collectivité marocaine.
Après sa première expérience à Fès-Agdal, l’entreprise, installée au Maroc depuis 2000, se chargera de la collecte des ordures ménagères et des déchets verts, du nettoyage de la plage et des voiries de la commune, de la médina de Rabat et du centre autonome de Touarga. Zone qui totalise une population d’environ 160000 habitants. Forte d’une longue expérience dans les domaines de la propreté, la société est présente sur les cinq continents (35 pays au total). Elle agit pour le compte de 4000 collectivités et emploie 66 000 collaborateurs.
L’entreprise collecte les déchets de 70 millions de citoyens. Elle compte entreprendre au préalable de nombreux aménagements pour mener à bien sa mission. Elle installera ainsi de nouveaux bacs à ordures et introduira un parc neuf de véhicules de ramassage des déchets et de nettoyage des voiries. Elle aménagera également une base technique et sociale.
Avec plus de 250 000 clients dans le monde, l’entreprise développe une offre commerciale adaptée à chaque client. Elle a ainsi prévu dans le contrat la liant avec la commune, la reprise d’une partie de l’effectif des agents municipaux chargés de la propreté de la commune. Un programme de formation et d’encadrement sera mis en oeuvre renforçant leur professionnalisation et leur permettant de devenir des relais de sensibilisation auprès des populations. Onyx est une filiale de Vivendi Environnement. Elle propose un ensemble de prestations allant de la collecte jusqu’au traitement des déchets. Chaque client de l’entreprise fait l’objet d’une approche spécifique. Que ce soit le cas d’une collecte sélective, d’installations des points d’apports volontaires du verre ou du papier, de la mise en place d’un centre de tri ou du développement des filières industrielles pour récupérer les matières à valoriser. Selon les responsables d’Onyx, chaque solution est proposée selon les particularités démographiques, économiques et géographiques de chaque région.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *