Opération Aïd Al Adha : 8,6 millions de têtes disponibles

Opération  Aïd Al Adha : 8,6 millions de têtes disponibles

Le prix moyen oscillera entre 2.200 et 2.300 dirhams

L’évaluation prévisionnelle de l’offre et de la demande à l’occasion de l’Aïd Al Adha fait ressortir une disponibilité de 4,9 millions d’ovins mâles et 3,7 millions d’agnelles et de caprins.

A l’approche de l’Aïd Al Adha, les spéculations sur la disponibilité en cheptel et aussi le prix d’achat refont surface. A quelques jours de la célébration de la fête du sacrifice, le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime est venu répondre à toutes les interrogations des consommateurs. «L’offre dépasse encore une fois la demande», rassure le ministère. En effet, le marché couvre largement le besoin en cheptel destiné à l’abattage.

Au moment où la demande globale est estimée à 5,35 millions de têtes, le département de l’agriculture recense une disponibilité de 8,6 millions de têtes ovines et caprines. L’évaluation prévisionnelle de l’offre et de la demande à l’occasion de l’Aïd Al Adha fait, ainsi, ressortir une disponibilité de 4,9 millions d’ovins mâles et 3,7 millions d’agnelles et de caprins.
«Il est à noter que les retards de pluies qui ont caractérisé la campagne agricole 2015-2016 ont réduit légèrement les taux d’agnelage, se traduisant par une faible baisse de l’offre en effectif du cheptel ovins et caprins de 1 à 2 % par rapport à l’année précédente», explique dans ce sens le département de l’agriculture.

En ce qui concerne le prix d’achat, les Marocains ne trouveront pas de grands changements par rapport à l’année précédente. Les prévisions affichent une stabilité, voire une légère baisse des prix par rapport à la précédente opération de l’Aïd Al Adha. Alors qu’il oscillait entre 2.300 et 2.400 dirhams, le prix moyen devrait se situer cette année aux alentours de 2.200 et 2.300 dirhams par tête.
En ce qui concerne l’approvisionnement, le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime s’engage à assurer un suivi rapproché des différents marchés. L’objectif étant d’observer de près les cours des animaux commercialisés. L’accent sera porté notamment sur les grandes surfaces, les souks ruraux et les principaux points de vente au niveau des villes. Les services vétérinaires relevant de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) se pencheront, pour leur part, sur l’examen de l’état sanitaire des animaux en vente.

Notons que la suffisance de l’offre et la forte demande permettront aux éleveurs de consolider leurs revenus.
Les retombées économiques de l’opération de l’Aïd Al Adha restent indéniables.
Pour cette année, les transactions commerciales des animaux d’abattage permettraient de générer un chiffre d’affaires d’environ 10 milliards de dirhams. En effet, c’est à cette période de l’année que la communauté des agriculteurs, notamment pour qui l’élevage des petits ruminants représente la principale source de revenus, réalise une part importante de son chiffre d’affaires.
Grâce aux recettes générées, les agriculteurs pourront, en l’occurrence, financer le début de la campagne 2016-2017.

Aliments de base : 8 millions de quintaux d’orge subventionnée distribués 

Aid-Al-Adha-orge-aliments-de-baseEn dépit d’une campagne agricole difficile, le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a pu assurer un approvisionnement en aliments de base pour la sauvegarde du cheptel. En effet, la campagne 2015-2016 a connu des conditions climatiques défavorables, notamment lors de son démarrage, marqué principalement par le déficit pluviométrique. Face à cette conjoncture, le département de l’agriculture s’est mobilisé en déployant tout un programme de lutte contre les effets du déficit pluviométrique. Dans ce sens, l’opération d’orge subventionnée a permis de distribuer une quantité globale de 8 millions de quintaux, mise à la disposition des éleveurs à guichet ouvert et au prix fixe subventionné de 2 dirhams par kilogramme. Se référant au département de l’agriculture, «cette opération a eu des retombées positives sur la stabilité des prix des aliments de bétail sur le marché national». Et de conclure que «de plus, la conversion d’une partie des superficies céréalières en fourrages et l’amélioration des disponibilités fourragères dans les principales zones de parcours steppiques et de montagne contribuent à assurer un approvisionnement suffisant du cheptel».

Etat sanitaire du cheptel : Pas d’inquiétude !
Aid-Al-Adha-Mouton-VaccinDans le cadre de l’évaluation de la situation prévisionnelle de l’approvisionnement du marché en animaux pour le sacrifice de l’Aïd ainsi que l’état sanitaire du cheptel, le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime affirme que l’état sanitaire du cheptel national, notamment celui des ovins et des caprins, est satisfaisant dans l’ensemble des régions du Royaume.

La campagne agricole précédente a été marquée par la réalisation de différentes actions entreprises par les professionnels du secteur. Cette mobilisation se maintient.

Elle concerne en effet la surveillance sanitaire du cheptel. A cela s’ajoutent également les campagnes de vaccination menées par les services vétérinaires relevant de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) contre les maladies animales contagieuses à incidences économiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *