septembre 22, 2017

Oppo : Visite guidée à l’usine de Dongguan

Oppo : Visite guidée à l’usine de Dongguan

Dongguan, centre urbain chinois juste à côté de Hong Kong. Cette agglomération de 8 millions d’habitants est incontestablement l’un des grands pôles chinois de l’industrie informatique. Si Nokia y conçoit ses appareils, d’autres marques ont également choisi de s’installer dans cette ville pour fournir au monde entier leurs dernières innovations. C’est le cas d’Oppo qui en quelques années seulement est parvenu à s’imposer sur le marché des smartphones non seulement en Chine mais au niveau international. La marque a réussi depuis 2008 à atteindre la première place au niveau local et la 4ème au niveau international. Un exploit pour les équipes qui sont derrière la conception des appareils des plus prisés aux quatre coins du monde dont le Maroc où l’engouement pour les smartphones Oppo ne cesse de croître. ALM a visité l’usine mère et retrace le quotidien d’une équipe jeune animée par la passion des nouvelles technologies

Atelier de montage : 26 lignes d’assemblage

A la ruche de montage les choses sont bien orchestrées. Les 26 lignes d’assemblage opèrent en synergie. Pas droit au relâchement. Vêtus de leurs tabliers antistatique, les 36 ouvriers par chaîne travaillent minutieusement pour fournir un produit de qualité. Deux sens sont en alerte constante : la vue et le toucher pour détecter la moindre faille pouvant détériorer le produits finis. Une formation de quelques jours seulement leur permet d’accomplir leur tâche quotidienne. Chaque shift opère 8 heures par jour dans une parfaite symbiose. Les lignes de productions peuvent être divisées en 2 segments. Au-delà de l’assemblage un segment test est également aménagé au sein de l’atelier de montage où des machines de pointe analysent le fonctionnement de l’appareil en termes d’image, de son et d’autonomie.

Cartes mères : 7,5 millions fabriquées chaque mois

L’atelier de technique de montage en surface (SMT) est un pavillon phare de l’usine Oppo. C’est à ce niveau-là que les cartes mères sont conçues. 38 lignes de production de la carte mère et 25 lignes de production de petites plaques y sont aménagées. Cet espace est doté d’une capacité de production de 7,5 millions de cartes mères mensuellement et 25 millions de sous-panneaux. Oppo dispose également de 65 mesures et étalonnage complets. «Afin d’assurer la qualité des cartes mères fabriquées ici, nous avons effectué 3 efforts clés dans l’atelier SMT. Tout d’abord, tous les équipements SMT sont de chez les fabricants les plus performants au monde. Deuxièmement, nous avons défini 18 processus d’inspection de qualité au total, afin de garantir que la carte mère fournie à l’atelier d’assemblage soit de la meilleure qualité. Troisièmement, la norme de qualité Oppo établie ici pour l’atelier SMT est peut-être la plus élevée dans l’industrie des téléphones mobiles et bien audelà de la norme nationale en Chine», apprend-on des responsables de l’usine. Notons que chaque ligne d’essai est dotée d’une capacité de production d’environ 10.000 par jour, soit 2,5 fois la capacité de production d’une ligne de test manuelle. Ainsi chaque élément produit est vérifié par une autre machine. Pour garantir la qualité de soudage, la ligne de montage dispose de trois procédures d’inspection automatique et une manuelle.

Plus de 150 tests labo effectués

La dernière étape de la visite fut le laboratoire de test. Un département dont la mission est de repérer régulièrement les combinés à la production de masse afin de gérer et contrôler leur qualité. Les tests effectués sont des plus pointus, dépassant les 150 essais. Ils vont des tests électriques de performance, jusqu’aux tests structurels et test de vieillissement environnemental. Ainsi, les zones avant et arrière du combiné sont jetées d’une hauteur de 7 cm 20.000 fois. Il est également jeté des quatre autres côtés. Chaque combiné, donc, est lancé 42.000 fois au total. En ce qui concerne les touches Power et volume, chaque côté de ces boutons est tapé 100.000 fois avec une force de 1 kilogramme. La touche d’empreinte digitale est appuyée près de 1 million de fois. Pour tester la chute, l’appareil tombe deux fois de chacune de ses six surfaces, d’une hauteur minimale de 1 mètre. Si le premier test de chute est réussi, un deuxième aura lieu mais cette fois-ci d’une hauteur de 1,5 mètre. De même, un test pression est effectué pour savoir si l’appareil pourrait être endommagé si l’utilisateur l’appuie contre un petit objet comme une clé. D’autres tests suivent tels que le test balayage, le test pluie, le test de pulvérisation de sel, le test environnemental et le test sueur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *