Oued Eddahab-Lagouira: Le Plan Maroc Vert avance à grands pas

Oued Eddahab-Lagouira: Le Plan Maroc Vert avance  à grands pas

Le Plan agricole régional d’Oued Eddahab-Lagouira table sur une superficie de 2.450 ha à l’horizon 2020.

Le plan agricole de la région Oued Eddahab-Lagouira, qui s’inscrit dans le cadre du Plan Maroc Vert, prévoit la réalisation de 17 projets, qui se répartissent entre 11 projets pour la production animalière et 6 pour la production végétale. Dans le cadre du Pilier I, les potentialités de la région associées aux efforts consentis par l’Etat ont permis le développement, entre autres, des cultures maraîchères sous serres à haute valeur ajoutée et créatrices d’emploi.

S’agissant du Pilier II, le programme camelin a marqué de grandes avancées. Les objectifs assignés à la filière laitière sont quasiment atteints, avec la mise en place de 5 centres de collecte de lait de chamelle et de vache, avec une capacité totale de 10 tonnes/jour et la construction, l’aménagement et l’équipement d’une usine chargée de la pasteurisation, du conditionnement et de la commercialisation du lait collecté. Concernant les produits du terroir de la région, les projets ont également connu une grande dynamique avec une grande percée du fromage de lait de chamelle (titulaire du meilleur prix de produit du terroir – SIAM 2013), le couscous khoumassi ou encore la viande cameline séchée.

Par ailleurs, d’autres projets sont programmés sur la période 2015-2020, notamment l’attribution d’incitations du Fonds de développement agricole en appui à l’acquisition de reproducteurs, la gestion de la transhumance, la mise en place d’un système d’identification et de traçabilité du cheptel, l’amélioration génétique du cheptel, le renforcement de son encadrement sanitaire ainsi qu’un ensemble d’autres mesures visant l’amélioration de la production cameline.
La région Oued Eddahab-Lagouira compte deux unités territoriales agricoles.

La première, située au niveau de la zone côtière, est dédiée aux cultures intenses et à forte valeur ajoutée (cultures des primeurs). Cette zone, qui s’étend sur une bande littorale longue de 100 km et large de 30 km, se caractérise par un climat doux tout au long de l’année et des ressources hydriques importantes.

La deuxième zone, relative aux pâturages (14 mille ha), englobe l’arrière-pays et des terres arides et semi-arides, propices aux activités d’élevage, le cheptel est évalué à 100.000 têtes réparties entre ovins et caprins pour 70% et camelins pour 30%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *