Outsourcing et Offshoring: Les nouvelles mesures du contrat de performance

Outsourcing et Offshoring: Les nouvelles mesures du contrat de performance

Le secteur de l’offshoring est en pleine mutation.

Dans le but de le dynamiser davantage, le ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, et le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid, ont signé avec l’Association marocaine de la relation client (AMRC), la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), l’Agence spéciale Tanger Méditerranée (TMSA) et la Fédération des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (APEBI), les nouveaux contrats de performance du secteur.

Faisant suite au plan Émergence, ces contrats ont pour objectif d’apporter un second souffle à la dynamique de croissance du segment de la relation client, qui emploie 65.000 personnes au Maroc et a réalisé 7,5 MDH de chiffre d’affaires à l’export en 2015.
Concrètement, le gouvernement participera à travers une batterie de mesures, notamment par la mise en place d’un dispositif d’aide à la formation, la contribution IR qui récompensera les entreprises affichant les plus fortes créations d’emplois et de croissance en chiffre d’affaires export. Aussi, une prime à la croissance de 10% du CA additionnel sera attribuée. Quant à la contribution IS, elle a été définie à 8,75% pour les entreprises situées dans les P2I offshoring ou dans les régions qui n’en sont pas dotées. Cette dernière mesure redonne au secteur une compétitivité perdue par l’émergence de nouvelles concurrences en Afrique.

Secteur majeur au Maroc et l’un des cinq métiers mondiaux du Royaume, l’outsourcing regroupe plus de 300 acteurs et affiche la plus forte croissance en termes d’emplois créés et de chiffres d’affaires à l’export entre 2004 et 2015.
Partageant des valeurs et des pratiques éthiques et sociales communes, seize outsourceurs historiques, spécialisés dans la gestion de la relation client à distance au Maroc sont rassemblés depuis 2003 au sein de l’AMRC.

Pour asseoir les objectifs du contrat, l’Association a défini les défis 2016-2020 auxquels elle doit faire face. Il sera question, selon Youssef Chraibi président de l’AMRC, de parvenir à jouer un rôle moteur et facilitateur dans la mise en place de l’écosystème industriel de l’offshoring, de mettre en place un plan de communication sur l’attractivité des métiers de la relation client au Maroc et d’apporter aux membres de l’Association tout le support nécessaire pour consolider leurs activités au pays et en relancer la croissance durable.

L’AMRC a jugé utile de créer la Fédération marocaine de l’outsourcing pour relever ces défis. Son objectif se focalisera principalement sur la promotion, le développement et la gestion de l’ensemble des métiers de l’outsourcing. Elle interviendra également pour accompagner les pouvoirs publics dans la mise en place du dispositif législatif et réglementaire propre au secteur et initier des échanges d’information entre professionnels en vue de promouvoir et de développer la destination Maroc auprès des donneurs d’ordre en mettant en avant les mesures d’incitation et de promotion du secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *