Ouverture à Marrakech des assemblées annuelles de la BAD : La croissance inclusive à la rescousse du continent

Ouverture à Marrakech des assemblées annuelles de la BAD : La croissance inclusive  à la rescousse du continent

L’avenir de l’Afrique se trace de Marrakech. Une nouvelle feuille de route est mise sur les rails pour promouvoir le potentiel économique de la région. L’économie africaine se lance actuellement dans une nouvelle dynamique plus vive et plus moderne pour saisir toutes les opportunités de croissance au moment où les grands pôles dansent à un rythme decrescendo.

L’Afrique est donc en position de force si tous les efforts convergent à sa promotion. Un message fort a été lancé en marge du l’ouverture des travaux de la 48ème assemblée annuelle de la Banque africaine de développement (BAD), qui se déroulent jusqu’au 31 mai à Marrakech. Les priorités se dévoilent et les défis  se dressent en vue d’accélérer la croissance du continent. L’Afrique, consciente de la fragilité de son tissu économique, se montre plus que jamais courageuse, plaçant la croissance inclusive au centre de sa stratégie de développement.

En effet, une économie performante et  prometteuse passe en premier lieu par la réduction des inégalités. Or, en Afrique sévissent toujours la pauvreté, les inégalités de richesse et la faiblesse des revenus. Malgré la bonne tenue de la croissance africaine ces dernières années, avec une moyenne de 5,2% , la distribution des  bénéfices est jusque-là inéquitable. Ainsi, l’objectif principal du concept de la croissance inclusive est d’élargir les bénéfices à l’ensemble des populations. A cet égard, la BAD développe un nouvel indice pour mesurer de manière qualitative la croissance. Se basant autour de 4 dimensions, la nouvelle mesure a pour finalité de capter les opportunités d’inclusion tout en se focalisant sur les variantes de l’emploi productif, la redistribution des ressources ainsi que la participation de la femme au marché du travail. Aussitôt après l’annonce de cet indice, une prise de conscience se manifeste.

Le Maroc qui se voit ciblé par ce classement, se veut confiant en son ascension sur l’échelle du classement. Tenant compte de l’adoption de la nouvelle Constitution, les experts nationaux tablent sur l’amélioration de l’indice du Maroc dans ce benchmark africain. La question de «l’inclusivité» au Maroc a été depuis toujours au centre des réflexions des décideurs marocains. La double diversification dont jouit le Maroc alimente un débat solide pour donner un élan à la croissance de l’économie nationale. Une croissance qui se renforce non seulement au niveau sectoriel avec le lancement de métiers innovants mais également au niveau spatial, notamment avec l’émergence de nouveaux pôles de croissance, en l’occurrence Tanger-Tétouan, Marrakech-Tensift-Al Haouz et le Sud marocain.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *