Oxford Business Group: Le code minier sous la loupe des experts britanniques

Oxford Business Group: Le code minier sous la loupe  des experts britanniques

Après un an de son adoption, le code minier du Maroc interpelle les experts internationaux. L’Oxford Business Group vient d’établir une analyse détaillée de ce dispositif juridique qui est venu donner un nouvel élan aux investissements hors phosphates.

Après avoir énuméré les grandes lignes dudit texte juridique, les experts du Groupe d’études britannique ont émis des avis sur le potentiel minier du Maroc et le développement du secteur. «Le nouveau cadre règlementaire et le regain d’activités qui en découle contribueront à développer les industries extractives du Royaume». Il s’agit de l’une des principales réflexions faites par les experts de l’Oxford Business Group. Le Groupe de travail a, par ailleurs, affirmé qu’ «un inventaire plus exhaustif des ressources potentielles du Maroc contribuerait à une amélioration de la transparence et de l’attractivité de l’amont grâce à une clarification de la localisation des gisements potentiellement rentables». Dans leur analyse, les experts de l’Oxford Business Group se sont appuyés sur les estimations de l’institut d’études géologiques des États- unis.

Ces estimations révèlent que le sud du Maroc dispose d’importants gisements de phosphates évalués à environ 50 milliards de tonnes de roches phosphatées, soit 77 % des réserves mondiales. A cela s’ajoutent d’autres réserves minières situées au Rif ainsi qu’au Moyen, haut et Anti-Atlas. Se référant aux avis des experts de l’Oxford Busines Group, ces découvertes offrent d’importantes opportunités d’affaires pour les investisseurs.

Notons que le code minier du Maroc a été promulgué en vue de renforcer la croissance du secteur, notamment en termes d’investissement et d’exportations. Le but étant de tripler les recettes du segment hors phosphates à l’horizon 2025 en vue d’atteindre les 1,4 milliard d’euros. En ce qui concerne les investissements dans le secteur minier, ils devraient se multiplier par dix. En vertu du code minier, les investissements à destination de la recherche et de l’exploration devraient atteindre les 368 millions d’euros. Ils créeraient également 30.000 postes directs. Le code minier se veut un cadre réglementaire attractif en matière de licences. La superficie des titres miniers est ainsi comprise entre 100 et 600 kilomètres carrés avec une possibilité d’extension à 2.400 kilomètres carrés. De même, trois types de titres miniers ont été définis dans ce sens. Il s’agit des permis de recherches, des licences d’exploration et des permis d’exploitation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *